Les télescopes connectés débarquent. Episode 1/2 : Stellina

Test du Stellina, au sud de l'Ile-de-France. © JL Dauvergne/C&E
Deux start-up high-tech du sud de la France lancent des télescopes d’un genre nouveau : le Stellina chez Vaonis et l’eVscope chez Unistellar. Nous avons eu l’occasion en exclusivité de les utiliser sur le ciel. Ces deux instruments ont chacun leur propre philosophie, mais ils partagent un ADN commun : ils sont 100% numériques et connectés.
La naissance des télescopes 2.0 Les Rencontres du ciel et de l’espace 2018 du 1er au 3 novembre offrent l’occasion pour la première fois à Vaonis de présenter la version finale du Stellina à un large public. Cet instrument avait été montré lors de la précédente édition en 2016, mais il s’agissait à l’époque d’un prototype très préliminaire.

Stellina est un instrument d’observation d’un genre nouveau — disruptif, diraient certains. Le produit partage quelques caractéristiques communes avec l’eVscope conçu parallèlement par Unistellar : il est pilotable via une application, il s’initialise sur le ciel en un clic à l’aide d’un GPS et d’un système de reconnaissance des étoiles, il est dédié à l’observation du ciel profond (nébuleuses et...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.