Les télescopes connectés débarquent. Episode 1/2 : Stellina

Test du Stellina, au sud de l'Ile-de-France. © JL Dauvergne/C&E
Deux start-up high-tech du sud de la France lancent des télescopes d’un genre nouveau : le Stellina chez Vaonis et l’eVscope chez Unistellar. Nous avons eu l’occasion en exclusivité de les utiliser sur le ciel. Ces deux instruments ont chacun leur propre philosophie, mais ils partagent un ADN commun : ils sont 100% numériques et connectés.
La naissance des télescopes 2.0 Les Rencontres du ciel et de l’espace 2018 du 1er au 3 novembre offrent l’occasion pour la première fois à Vaonis de présenter la version finale du Stellina à un large public. Cet instrument avait été montré lors de la précédente édition en 2016, mais il s’agissait à l’époque d’un prototype très préliminaire.

Stellina est un instrument d’observation d’un genre nouveau — disruptif, diraient certains. Le produit partage quelques caractéristiques communes avec l’eVscope conçu parallèlement par Unistellar : il est pilotable via une application, il s’initialise sur le ciel en un clic à l’aide d’un GPS et d’un système de reconnaissance des étoiles, il est dédié à l’observation du ciel profond (nébuleuses et...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?