Les télescopes 2.0 se réinventent (2/2). Second test : l’eVscope 2 d’Unistellar

L'eVscope 2. © Unistellar
L’eVscope est le seul télescope à visée électronique sur le marché. Nous avons testé sa version 2, quasi identique d’aspect extérieur, mais avec des améliorations notables sous le capot.
Voici déjà cinq ans qu’Unistellar a lancé le tout premier télescope à oculaire électronique : l’eVscope. On se souvient que la startup phocéenne avait battu des records en levant 2,2 millions de dollars en financement participatif. Depuis, le produit a transformé l’essai avec près de 10 000 ventes ! Son principe de fonctionnement est d’empiler en temps réel les images prises par le capteur. Du coup, plus on prolonge l’observation, mieux on voit l’astre dans l’oculaire électronique ou à l’écran du smartphone. Le résultat est déjà bon au bout de quelques minutes d’intégration. Le capteur d’origine (un Sony IMX224) était performant, mais déjà surpassé par des capteurs plus récents au moment de la sortie du premier eVscope. Il est donc remplacé
Voici déjà cinq ans qu’Unistellar a lancé le tout premier télescope à oculaire électronique : l’eVscope. On se souvient que la startup phocéenne avait battu des records en levant 2,2 millions de dollars en financement participatif. Depuis, le produit a transformé l’essai avec près de 10 000 ventes ! Son principe de fonctionnement est d’empiler en temps réel les images prises par le capteur. Du coup, plus on prolonge l’observation, mieux on voit l’astre dans l’oculaire électronique ou à l’écran du smartphone.

Le résultat est déjà bon au bout de quelques minutes d’intégration. Le capteur d’origine (un Sony IMX224) était performant, mais déjà surpassé par des capteurs plus récents au moment de la sortie du premier eVscope. Il est donc remplacé...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.