Les premières étoiles dévoilent une nouvelle facette de la matière noire

Vue d’artiste d’une étoile primordiale.
Une équipe américaine révèle avoir détecté la signature des premières étoiles dans le rayonnement de l'Univers, 180 millions d'années seulement après le big bang. Une découverte à confirmer qui annonce une petite révolution en cosmologie. Notamment pour l'étude de la matière noire.
C'est rien moins que la découverte des premières étoiles de l’Univers qui est annoncée ce 1er mars 2018 dans la revue Nature. En utilisant une antenne de radioastronomie sensible aux grandes longueurs d'onde (entre 50 et 100 MHz), une équipe américaine menée par l'astrophysicien Judd Bowman (université d'Arizona) est parvenue à observer l'empreinte du rayonnement des premières étoiles sur la lumière du big bang. Une signature prédite de longue date, mais bien trop faible pour avoir été détectée jusqu'ici. En effet, c'est la trace d'un phénomène qui s'est déroulé il y a plus de 13,5 milliards d'années !

Les premières étoiles après le big bang Lorsqu'une étoile brille, son rayonnement ultraviolet modifie l'état
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.