Les extraterrestres naviguent-ils grâce aux pulsars ?

Les pulsars nous permettront-ils de naviguer dans l’espace ? © Nasa (vue d'artiste)
Une civilisation capable de voyager à très grande échelle se doit de développer un système de navigation galactique. Les pulsars millisecondes seraient la clé d’une telle technologie, que l’espèce humaine est sur le point de maîtriser.
S’ils existent et s’ils parcourent la Galaxie à bord de vaisseaux spatiaux, les extraterrestres utilisent probablement un système de navigation basé sur les pulsars. Mieux, ils pourraient avoir « façonné » ces balises naturelles, résidus ultradenses d’étoiles massives, afin de constituer un véritable GPS à l’échelle de la Voie lactée. Telle est l’hypothèse formulée par Clément Vidal, agrégé de philosophie à l’Université libre de Bruxelles, dans un article publié en novembre 2017 dans International Journal of Astrobiology.

L’idée peut sembler un peu folle mais, dans le même temps, une expérience de la Nasa menée sur la station spatiale internationale (ISS) est parvenue, pour la première fois, à définir la position dans l’espace de la station grâce...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?