Les exoplanètes reçoivent leurs premiers noms

Vue d'artiste de la planète Thestias, anciennement Bêta Geminorum b, autour de Pollux, belle étoile des Gémeaux. Crédit : NASA/ESA and G. Bacon (STScI).

Pendant 20 ans, on les a désignées par leur matricule plus ou moins barbare : 51 Pegasi, PSR1257+12c ou HD209458b. Depuis le 15 décembre 2015, les exoplanètes ont commencé à recevoir des noms...

Un choix de noms proposé par les internautes

Les 31 premières planètes extrasolaires viennent donc de recevoir leurs noms, rendus officiels par l'Union astronomique internationale (UAI), l'organisme chargé des nomenclatures astronomiques. Ainsi, il faudra désormais se familiariser avec Copernicus (un peu « histoire des sciences »), Chalawan (très « Star Wars »), Sancho (précisément « Cervantès ») ou encore Hypatia (très « grecque »).

Ces noms faisaient partie d'une liste plus large proposée par différentes organisations (clubs, planétariums, observatoires...) à travers le monde et validée au préalable par l'UAI. Ensuite, parmi les « nominés », les internautes ont eu plusieurs mois pour voter. En tout, plus de 500000 de suffrages exprimés ont permis d'aboutir à ce résultat : 31 planètes nommées, mais aussi 14 étoiles autour desquelles certains de ces mondes sont en orbite.

Des appellations plus « grand public »

Découvertes autour d'étoiles sans nom mais bien répertoriées dans différents catalogues scientifiques, les exoplanètes étaient jusque-là distinguées par un matricule suivi d'une lettre en minuscule. Cela donnait, par exemple, Upsilon Andromedae b pour la première planète découverte autour de l'étoile Upsilon de la constellation d'Andromède. Désormais, vous pourrez l'appeler Saffar, puisque c'est le nom officiel qu'elle vient de recevoir.

Le cas le plus extrême de cette première fournée est sans aucun doute celui des planètes découvertes dès 1992 autour du pulsar PSR 1257 + 12. Le nom de l'étoile, particulièrement aride (des lettres, des chiffres et un signe +), devient Lich. Ce qui est quand même plus facile à retenir et à dire. Quant aux trois planètes, respectivement PSR1257+12 b, c et d, elles deviennent : Draugr, Poltergeist et Phobetor.

Un vote international

Au total, 573242 votes issus de 182 pays (scrutin arrêté au 31 octobre 2015) ont permis de baptiser enfin 19 systèmes extrasolaires. Quant aux propositions, elles étaient au nombre de 247 venant de 45 pays.

Parmi elles, celle d'un club d'astronomie français, le club de Toussaint, en Normandie, a été élue ! L'exoplanète le plus chaude (2000°C estimés en surface) se nomme maintenant Smertrios, en référence à une divinité gauloise. Quant à son étoile, HD149026, elle prend pour nom Ogma.

Les nouvelles nommées sont...

Les premières exoplanètes nommées officiellement.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Jim Bridenstine devient (enfin) administrateur de la Nasa

    Le Sénat américain, par un vote serré intervenu le 19 avril 2018, a mis fin au plus long intérim à la tête de la Nasa. Jim Bridenstine, membre du Congrès pour le parti républicain, devient ainsi le treizième administrateur de l’agence spatiale américaine.

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.