Le Very Large Telescope perce les confins de l’Univers

Le VLT revisite le Hubble Ultra Deep Field et découvre 72 galaxies de plus. © ESO/Muse HUDF collaboration
Jamais aucun instrument n’avait analysé la lumière de galaxies aussi lointaines. L’instrument MUSE installé sur le Very Large Telescope, au Chili, vient en effet de repousser les limites de notre connaissance de l’Univers visant pendant des dizaines d’heures le champ de galaxies baptisé Hubble Ultra Deep Field.

L’instrument Muse installé sur le VLT est un spectroimageur : il est à la fois capable d’obtenir une image et de réaliser une analyse spectrale de la lumière en chaque point de cette image. C’est l’outil de ce type le plus performant au monde, et ses qualités ont été mises à contribution par l’équipe de Roland Bacon, de l’université Claude Bernard à Lyon, pour revisiter le Hubble Ultra Deep Field, célèbre photo réalisée par le télescope spatial Hubble.

Ce champ de galaxies est situé dans la constellation du Fourneau, dans une zone presque totalement dépourvue d’étoiles. Les galaxies les plus lointaines visibles dans l’image de Hubble se situent à 13 milliards d’années-lumière. Nous les voyons donc telles qu’elles étaient lorsque l’Univers avait à peine 1 milliard d’années d’existence. En visant la même zone, Muse a été capable de mesurer la distance de 1600 galaxies. Il a ainsi multiplié par 10 le nombre de spectres dans cette zone.

Découverte de 72 galaxies

Mieux : 72 objets inconnus jusque-là ont été détectés par Muse. Il s’agit de galaxies émettant principalement de la lumière dans une raie ultraviolette de l’hydrogène. Le fait de réaliser des spectres permet de mieux extraire ce signal du fond de ciel qu’en prenant une simple photo. Ces galaxies sont très intéressantes car le mécanisme de leur formation n’est pas bien compris.

Pour Muse (Multi Unit Spectroscopic Explorer), ce résultat n’est qu’un début. Branché sur Yepun, le quatrième télescope de 8,2 m du VLT, il va désormais être couplé au système d’optique adaptative du télescope. Des quatre télescopes géants de l’observatoire du Paranal, Yepun est le dernier entré en service en 2000 et il possède les instruments les plus modernes. Des résultats plus aboutis encore sont donc à attendre dans les mois qui viennent.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des nuages noctiluques ont été vus au-dessus de Paris

    Il n’y a qu’un seul type de nuage apprécié des astronomes : les noctiluques. Bien que très rares, ils sont particulièrement bien visibles en ce moment au nord de la France. Celui-ci a été photographié le soir du 17 juin 2019 depuis Paris. Il s’agit du nuage bleuté au-dessus de l’horizon nord-est.

  • Un nouveau cratère martien s'expose en couleurs

    Un cratère martien récent a été photographié par la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter. Le résultat de la collision se pare de nuances étonnantes.

  • Daphnis fait des vagues dans les anneaux de Saturne

    L’une des dernières images prises par la sonde Cassini révèle un phénomène étonnant : la propagation des vagues créées par un petit satellite au sein des anneaux de la planète Saturne.