Le télescope Gemini Sud s’offre une nouvelle vue

Le télescope Gemini Sud sonde le ciel avec son étoile laser. Crédit : Gemini Observatory

Grâce à son nouveau système optique, qui corrige le brouillage de l'atmosphère, le télescope de 8 m possède une acuité supérieure à celle de Hubble.

« Depuis le sol, c'est exceptionnel ! » a souligné François Rigaut, le concepteur de l'instrument GeMS, qui a rendu l'exploit possible.

De fait, à la longueur d'onde infrarouge de 1,65 micron, le télescope américain Gemini Sud, installé sur le Cerro Pachon (Chili), est désormais capable de voir des détails de seulement 8 centièmes de seconde d'arc sur le ciel.

Soit une pièce de 1 euro vue à plus de 50 km.

Il peut aussi corriger la turbulence atmosphérique sur un champ dix fois plus large que l'ancien système d'optique adaptative.

NGC 288 par GeMS

L'une des premières images réalisées grâce à GeMS, au cœur de l'amas globulaire NGC288. Sa netteté est meilleure que celle obtenue avec l'optique adaptative classique (au milieu). En bas, l'image que l'on obtiendrait sans aucun système de correction. Crédit : Gemini Observatory.


Une « miniconstellation » laser

Le système GeMS installé sur Gemini Sud utilise la technique de l'étoile guide laser. En frappant une couche de sodium atmosphérique située à 90 km d'altitude, un faisceau laser de 50 watts crée une étoile artificielle, qui sert de référence pour la correction optique.

Sauf qu'ici ce n'est pas une, mais cinq étoiles qui sont créées. Cette « miniconstellation », analysée par un logiciel couplé à plusieurs miroirs déformables, permet de corriger l'image sur une surface plus importante qu'aucun autre système d'optique adaptative.

La maîtrise de cette technique à plusieurs étoiles guides sera essentielle pour atteindre l'acuité théorique des futurs télescopes de 40 m de diamètre. Sans elle, ces géants resteront myopes et ne seront que des entonnoirs à lumière.

La miniconstellation laser guide du Gemini Sud

La miniconstellation à 5 étoiles du système GeMS. Crédit : Gemini Observatory

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…