Le télescope Gemini Sud s’offre une nouvelle vue

Le télescope Gemini Sud sonde le ciel avec son étoile laser. Crédit : Gemini Observatory

Grâce à son nouveau système optique, qui corrige le brouillage de l'atmosphère, le télescope de 8 m possède une acuité supérieure à celle de Hubble.

« Depuis le sol, c'est exceptionnel ! » a souligné François Rigaut, le concepteur de l'instrument GeMS, qui a rendu l'exploit possible.

De fait, à la longueur d'onde infrarouge de 1,65 micron, le télescope américain Gemini Sud, installé sur le Cerro Pachon (Chili), est désormais capable de voir des détails de seulement 8 centièmes de seconde d'arc sur le ciel.

Soit une pièce de 1 euro vue à plus de 50 km.

Il peut aussi corriger la turbulence atmosphérique sur un champ dix fois plus large que l'ancien système d'optique adaptative.

NGC 288 par GeMS

L'une des premières images réalisées grâce à GeMS, au cœur de l'amas globulaire NGC288. Sa netteté est meilleure que celle obtenue avec l'optique adaptative classique (au milieu). En bas, l'image que l'on obtiendrait sans aucun système de correction. Crédit : Gemini Observatory.


Une « miniconstellation » laser

Le système GeMS installé sur Gemini Sud utilise la technique de l'étoile guide laser. En frappant une couche de sodium atmosphérique située à 90 km d'altitude, un faisceau laser de 50 watts crée une étoile artificielle, qui sert de référence pour la correction optique.

Sauf qu'ici ce n'est pas une, mais cinq étoiles qui sont créées. Cette « miniconstellation », analysée par un logiciel couplé à plusieurs miroirs déformables, permet de corriger l'image sur une surface plus importante qu'aucun autre système d'optique adaptative.

La maîtrise de cette technique à plusieurs étoiles guides sera essentielle pour atteindre l'acuité théorique des futurs télescopes de 40 m de diamètre. Sans elle, ces géants resteront myopes et ne seront que des entonnoirs à lumière.

La miniconstellation laser guide du Gemini Sud

La miniconstellation à 5 étoiles du système GeMS. Crédit : Gemini Observatory

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.