Le SLS se prépare à rugir pour la première fois

Crédit : Nasa
L’étage principal de la fusée géante américaine qui doit propulser des astronautes vers la Lune vient d’arriver sur son banc d’essai. A la fin de l’hiver, elle devrait y subir un test crucial en vue de son lancement, début 2021.

L’image, diffusée via les réseaux sociaux par la Nasa, n’est pas spécialement belle ou artistique. Mais elle est informative. Le 15 janvier 2020, l’étage principal de la fusée géante SLS (Space Launch System) est arrivé au Stennis Space Center, dans le Mississippi. De couleur orange, comme les réservoirs des navettes spatiales dont il est dérivé, il mesure 60 m de long pour 8,4 m de diamètre. À la fin du mois de février ou au début du mois de mars 2020, il sera rempli de carburant et ses quatre moteurs RS-25 seront mis à feu simultanément pendant huit minutes. Ainsi, la Nasa va simuler pour la première fois le fonctionnement de cet étage pendant la durée prévue lors d’un lancement. Ce test, appelé Green Run Test, est déterminant pour savoir si le SLS sera en état de voler.

Le banc d’essai sur lequel ce puissant lanceur va être fixé, appelé B-2, avait été construit dans les années 1960 et avait servi aux essais statiques du premier étage des fusées lunaires Saturne 5. Plus tard, il avait accueilli la partie propulsive des navettes spatiales (qui utilisaient trois moteurs RS-25).

La première mission Artémis repoussée en 2021

L’issue de cet essai, au cours duquel on entendra rugir la SLS pour la première fois, aura une influence déterminante sur la date du premier lancement. Si tout se passe bien, l’étage rejoindra le Kennedy Space Center, en Floride, en vue de son assemblage avec les autres éléments de la fusée, dont la capsule Orion de la mission inhabitée EM-1, dans le cadre du programme lunaire américain Artémis. Son lancement, jusqu’ici prévu à la fin de 2020, vient d’être reporté (une nouvelle fois) au premier trimestre de 2021.

 

Deux titres actuellement en kiosque ou disponibles sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°569, de février-mars 2020 et l’Almanach du ciel 2020

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La comète NEOWISE dans le ciel de Paris

    La comète NEOWISE brille tant qu’elle est parfaitement visible en pleine ville. Le 7 juillet, David Bertho l’a photographiée avec la Tour Eiffel et d’étranges nuages situés à la frontière de l’espace : les noctiluques.

  • Théâtre d’ombres dans la nébuleuse du Serpent

    En un peu plus d’un an, l’aspect d’une nébuleuse observée dans la constellation du Serpent par le télescope spatial Hubble a changé. En cause : des ombres projetées par un disque de poussière, qui aurait évolué dans ce court laps de temps.

  • La Station spatiale passe devant le Soleil et réserve une belle surprise

    L’astronome amateur Thierry Legault a réussi l’exploit le 25 juin 2020 de photographier le bras robot de la Station spatiale internationale lors de son passage devant le Soleil.