Le rover Curiosity en route vers Mars

Vue d'artiste du rover Curiosity sur la planète Mars. Crédit : NASA/JPL-Caltech/Ciel et Espace Photos

Le nouveau robot martien de la la Nasa a décollé de cap Canaveral ce 26 novembre 2011, à 16h02, heure française. Plus de 40 minutes après son envol, la sonde s'est séparée du dernier étage de la fusée, signe que toutes les étapes de lancement se sont déroulées avec succès.

Curiosity est maintenant sur sa trajectoire interplanétaire qui le conduira sur Mars au terme d'un voyage de huit mois.

Équipé d'une dizaine d'instruments scientifiques (voir notre numéro novembre 2011), l'imposant rover, de la taille d'une petite voiture, devra déterminer si la planète rouge a possédé ou possède encore un environnement favorable à la vie.

Un lancement parfait

Après l'échec de Phobos-Grunt, chaque séquence du lancement de cette nouvelle sonde martienne était suivie de près. Toutes ses phases, détaillées ci-dessous, se sont déroulées sans problème.

• 4 minutes et 38 secondes après le décollage, après l'ouverture de la coiffe de la fusée américaine Atlas 5 et la séparation de son premier étage, le second étage de la fusée a fonctionné pendant 7 minutes pour propulser la sonde sur une orbite de parking, entre 165 et 324 km d'altitude.

• Une seconde poussée de 8 minutes a injecté la sonde sur sa trajectoire interplanétaire.

• Ce n'est qu'après la séparation du second étage de la fusée, 43 minutes après le lancement, que la Nasa a établi un premier contact avec sa sonde, grâce à son antenne du Deep Space Network, à Canberra (Australie).

Ci-dessous, la vidéo du lancement :

Un atterrissage risqué

Curiosity doit atterrir sur Mars en août 2012. Pour déposer son robot de 800 kg sur la planète rouge, les ingénieurs du JPL ont choisi d'innover.

Contrairement à ses prédécesseurs Sojourner (1997) et Spirit et Opportunity (2004), Curiosity ne sera pas parachuté au sol en étant protégé par des airbags.

Après une descente en parachute, puis contrôlée par rétrofusées, l'engin sera hélitreuillé jusqu'au sol (voir la vidéo ci-dessous). Une première !

Deux années d'exploration dans le cratère Gale

Curiosity sera déposé dans le cratère martien Gale, face à une montagne de 5000 m d'altitude dont il explorera les flancs pendant au moins deux ans. C'est dans les strates de cette vieille montagne, et notamment dans les couches constituées d'argile — fabriquées en présence d'eau — que les scientifiques espèrent découvrir la preuve de l'habitabilité de Mars.

Pour en savoir davantage sur la recherche de vie sur Mars, écoutez notre podcast "Mars, planète bleue", avec le planétologue Jean-Pierre Bibring sur le site cieletespaceradio.fr

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.