Le prochain télescope spatial pourrait voir les océans des exoplanètes

Le reflet du Soleil sur l'océan rend la Terre plus brillante. Pourra-t-on aussi détecter des océans sur les planètes extrasolaires ? Crédit : Nasa

Le James Webb Space Telescope, qui sera lancé en 2014, avec son miroir de 6,5 m, pourrait détecter des océans et des éruptions volcaniques à la surface des planètes extrasolaires. Deux études réalisées par des équipes américaines l'affirment.

Des océans qui réfléchissent les étoiles

La surface d'un océan brille comme un miroir. En 1993, l'astronome américain Carl Sagan l'avait remarqué sur une photo de la Terre prise par la sonde Galileo car l'image brillante du Soleil se reflétait dans le Pacifique.

Aujourd'hui, les astronomes envisagent de détecter par ce moyen la présence éventuelle d'océans sur des planètes extrasolaires. L'éclat des étoiles autour desquelles tournent des exoplanètes se réfléchirait de la même manière que le Soleil dans l'océan Pacifique.

Le Soleil dans les lacs de Titan

La méthode fonctionne. Elle a déjà été mise à profit pour asseoir l'existence de lacs d'hydrocarbures sur Titan. Le reflet du Soleil sur les surfaces sombres que les astronomes suspectaient être des lacs les a convaincus que leur idée était la bonne.

Des exoplanètes plus brillantes

Mais les exoplanètes, elles, sont trop éloignées de la Terre pour être vues autrement que comme de minuscules points près de leur étoile. Même sans voir directement le reflet de l'étoile dans leurs océans, les astronomes pourraient toutefois noter le surplus d'éclat qu'il produirait. Ce surplus serait la preuve de l'existence d'étendues d'eau à sa surface.

Le James Webb Space Telescope sur la brèche

Détecter un écart de brillance sur une exoplanète exige un télescope très puissant. Le James Webb Space Telescope (JWST), remplaçant de Hubble, ferait parfaitement l'affaire selon les astrophysiciens Tyler Robinson, Victoria Meadows et David Crisp.

Mais l'instrument de la Nasa, doté d'un miroir principal de 6,5 m, devra être équipé d'un occulteur externe semblable à celui proposé par l'équipe du New Worlds Observer. Ceci afin de masquer la lumière des étoiles, éblouissante pour observer en détail les exoplanètes. Pour le moment la construction de cet accessoire n'est pas programmée.

Des volcans à 30 années-lumière

Dans une deuxième étude, Lisa Kaltenegger, Wade Henning et Dimitar Sasselov (Harvard) s'intéressent à la possibilité de détecter des volcans sur une planète extrasolaire. Leur modèle, développé en s'appuyant sur l'exemple terrestre, montre que le dioxyde de soufre produit lors d'une éruption 10 fois plus massive que celle du Pinatubo (en 1991) pourrait tout à fait être observé par le JWST, jusqu'à 30 années-lumière de distance.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.