Le film de nuit d’un télescope de 28 mètres : HESS II

Au cœur de la Namibie se dresse le plus grand télescope optique du monde : son miroir de 28 m de diamètre lui fournit une surface collectrice de 600 m² ! Ce monstre dédié à l’étude des rayons gamma donne la mesure des télescopes géants de demain. Ciel & Espace s’est rendu sur place pour le filmer en train d’observer.
Installé au beau milieu de la savane namibienne, un réseau de cinq télescopes observe les faibles gerbes de lumière bleue associées à l'entrée de rayons gamma dans la haute atmosphère. Il est constitué de quatre télescopes de 12 mètres de diamètre — Hess I en place depuis  2004 —, rejoints depuis 2012 par un télescope géant de 28 mètres : Hess II.

Retrouvez aussi notre reportage complet “Hess, un éclaireur dans la savane”, dans le Ciel & Espace n°557, janvier-février 2018, disponible dès maintenant sur notre kiosque numérique.

Le film de nuit Nous avons eu la chance de filmer ces télescopes de nuit en train de pointer leur cible. En effet, leurs détecteurs sont tellement sensibles qu’il n’est pas possible de réaliser ce genre d’images en temps...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ralph Nye, sauveur de lunettes historiques au Lowell Observatory

    L’observatoire Lowell, en Arizona, possède plusieurs télescopes qui ont marqué l’histoire de l’astronomie : la lunette avec laquelle Lowell cherchait des canaux sur Mars, celle qui a permis de débusquer Pluton… Mais, avec le temps, ces instruments et d’autres étaient menacés de disparition. Ralph Nye, au Lowell Observatory, s’est passionné pour leur restauration. Objectif : leur faire revoir les étoiles !

  • Des falaises glacées sur la planète Mars

    La sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a observé de la glace sur Mars en huit endroits, sous forme de couches superposées à quelques mètres seulement sous la surface de la planète rouge.

  • L’étoile Bételgeuse tourne en 30 ans

    Les observations du réseau d’antennes millimétriques ALMA ont permis de calculer à quelle vitesse la supergéante rouge Bételgeuse boucle un tour sur elle-même.