Lancement de Bepi-Colombo : Pourquoi l’Europe part explorer Mercure

La sonde Bepi-Colombo décollera à partir du 19 octobre vers Mercure. © ESA/ATG medialab ; Nasa/JPL
Ce mois d’octobre, l’Europe lance une sonde en direction de la planète la plus proche du Soleil. En quoi ce monde inhospitalier intéresse-t-il les astronomes ? Le point en six questions.
Le 20 octobre 2018, une puissante fusée Ariane 5 ECA s’est arrachée à l’attraction terrestre depuis la Guyane pour emporter dans l’espace la sonde européenne Bepi-Colombo. Son objectif : Mercure, qui se trouve en moyenne à 57 millions de kilomètres du Soleil, et qu’elle doit étudier en détail. Décidée en 2000, cette mission ambitieuse et difficile se compose d’un module européen qui se concentrera sur l’exploration de la surface de la planète et d’un module japonais qui effectuera des mesures de son champ magnétique. Au terme d’une croisière de sept années, Bepi-Colombo entamera sa mission prévue pour durer un an — peut-être deux. Elle sera la troisième sonde à rendre visite à Mercure, après les engins de la Nasa Mariner 10 en 1974-75 et Messenger...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.