La vie a pu éclore sur la Lune

Des chercheurs estiment que notre satellite a pu abriter de l’eau liquide en surface et peut-être une forme de vie à deux époques : peu après sa formation il y a 4,4 milliards d’années, puis lors d’un épisode de volcanisme tardif, il y a 3,5 milliards d’années.
« A magnificent desolation » (« Une désolation magnifique ») avait lancé Buzz Aldrin le 21 juillet 1969 en descendant l’échelle du module Eagle, pour qualifier le paysage lunaire. Sur notre satellite, ce ne sont en effet que plaines et collines rocailleuses, grises et stériles à perte de vue. Jamais aucune agence spatiale, aucune équipe de recherche n’a songé à y chercher une quelconque trace de vie, présente ou passée. Et pourtant… Imaginez un instant : en lieu et place de ce désert de régolithe surplombé par la nuit, des roches gorgées d’eau, des mares, peut-être des mers. Et dedans, qui sait, des formes de vie lunaire.

Une atmosphère née d’un océan de magma La Lune, qui semble aujourd’hui si inhospitalière, aurait-elle vraiment pu, un jour, être...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.