La tempête se calme, observez Mars !

Mars, le 15 août 2018. © J.-L. Dauvergne
Le voile de poussières qui nous masquait la surface martienne s’atténue. Vite, sortez votre lunette ou votre télescope pour viser la planète rouge, toujours en excellente position dans notre ciel jusqu’en septembre.
Le 27 juillet, Mars est passée à l’opposition. S’ouvrait alors, en principe, la meilleure période pour observer la planète rouge car c’est aussi le moment où elle se trouve au plus près de la Terre. Mais l’apparition, en juin, d’une tempête de poussières est venue masquer tout détail de sa surface pendant le début de l’été.

Heureusement, en cette fin août, cette tempête s’apaise progressivement, laissant à nouveau entrevoir des différences de teinte sur la surface. C’est le moment pour les amateurs de viser la planète rouge, au mieux dans notre ciel pour encore plusieurs semaines. Et de profiter enfin d’une opposition martienne presque aussi favorable que celle de 2003, encore dans toutes les mémoires.

Un phare rutilant à l’œil nu Durant l’été,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?