La tempête se calme, observez Mars !

Mars, le 15 août 2018. © J.-L. Dauvergne
Le voile de poussières qui nous masquait la surface martienne s’atténue. Vite, sortez votre lunette ou votre télescope pour viser la planète rouge, toujours en excellente position dans notre ciel jusqu’en septembre.
Le 27 juillet, Mars est passée à l’opposition. S’ouvrait alors, en principe, la meilleure période pour observer la planète rouge car c’est aussi le moment où elle se trouve au plus près de la Terre. Mais l’apparition, en juin, d’une tempête de poussières est venue masquer tout détail de sa surface pendant le début de l’été.

Heureusement, en cette fin août, cette tempête s’apaise progressivement, laissant à nouveau entrevoir des différences de teinte sur la surface. C’est le moment pour les amateurs de viser la planète rouge, au mieux dans notre ciel pour encore plusieurs semaines. Et de profiter enfin d’une opposition martienne presque aussi favorable que celle de 2003, encore dans toutes les mémoires.

Un phare rutilant à l’œil nu Durant l’été,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.