La station spatiale internationale survole la France : observez-la !

Le nord de la France et l'Angleterre photographiés par Thomas Pesquet de l’ISS. © Thomas Pesquet / ESA / NASA
Le 17 novembre 2016, Thomas Pesquet s’envolait vers la station spatiale internationale (ISS). Profitez des conditions anticycloniques sur la France pour voir la station filer au-dessus de nos têtes, avec une pensée pour l’astronaute français qui nous survole.

Depuis l’espace, Thomas Pesquet peut nous voir, comme en témoignent ses premières photos nocturnes de la France prises à travers les fenêtres de l’ISS. Mais la réciproque est possible ! Pendant ce premier week-end de décembre, la station spatiale effectue plusieurs passages au-dessus de l’Hexagone. Et elle est très brillante, au point que l’on peut facilement l’apercevoir à l’œil nu.

Aussi brillante que Vénus

Pour pouvoir observer l’ISS, il faut qu’elle soit éclairée par le Soleil et que le ciel soit suffisamment sombre. Elle se présente comme un point légèrement jaune, plus brillant que n’importe quelle étoile. Son éclat rivalise avec celui de la planète Vénus, actuellement bien visible au crépuscule, en direction du sud-ouest.

Le passage de la station photographié au parc Montsouris, à Paris. © J.-L. Dauvergne

En cette saison, les conditions propices ne sont réunies qu’en début et en fin de nuit. Car au milieu de la nuit, l’ISS passe dans l’ombre de la Terre et demeure trop sombre pour être vue. Dans les jours qui viennent, elle ne survole la France qu’en début de nuit. Donc guettez-la :

  • le 1er décembre, vers 19 h 20 ;
  • le 2, vers 18 h 30 ;
  • le 3, vers 19 h 10 ;
  • le 4, vers 18 h 20 ;
  • le 5, vers 19 h 04 ;
  • le 6, vers 18 h 10 ;
  • le 7, vers 18 h 55 ;
  • le 8, vers 18 h 05.

Des sites et des applis pour faire vous-même vos prévisions

Il n’est pas possible de vous donner de circonstances précises car elles dépendent de votre lieu d’observation. Donc si vous voulez connaitre exactement l’heure et la direction vers laquelle observer, il vous faut générer vos propres prévisions. Les outils sont nombreux sur Internet. Signalons l’excellent site Calsky ou Heavens Above, ou encore Spot the Station développé par la Nasa.

Si l’anglais vous rebute, vous pouvez aussi miser sur les applications pour smartophones. Sous Android, nous vous recommandons Station Spatiale ISS Detector. L’appli est en français et permet de programmer des alertes en fonction de critères de visibilité précis ou simplifiés pour les néophytes. Elle indique dans quelle direction et à quelle hauteur observer. Elle donne par ailleurs des alertes pour l’observation des satellites Iridium (qui peuvent être désactivées ou activées indépendamment des passages de l’ISS).

Les utilisateurs de téléphones Apple peuvent, quant à eux, installer l’application ISS Finder.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La science ukrainienne entre en résistance

    Avant le début de la guerre, l’Ukraine comptait 80 000 scientifiques, dont des centaines d’astronomes. Certains sont contraints à l’exil, d’autres condamnés à rester sur place. Mais pour tous, le maître-mot est « résister ». Et pour ça, ils peuvent compter sur l’aide de collègues étrangers.

  • Découverte : on a retrouvé le cratère d’origine de la plus ancienne météorite martienne !

    Un fabuleux travail d'enquête a permis de retrouver l'origine sur Mars de la météorite Black Beauty, parmi les 94 millions de cratères que comptent la surface de la planète rouge.

  • La Corée du Sud vise la Lune

    Où se situe l’eau sur la Lune ? Quel est le terrain le plus propice pour atterrir ? La nouvelle mission lunaire qui doit être lancée jeudi 4 août par la Corée du Sud tâchera de répondre à ces questions, et à bien d’autres encore, en prévision de futures missions d'exploration.