La sonde chinoise Chang’e 5 est en route vers la Lune

Crédit : DR
Lancement réussi pour la mission de retour d’échantillons lunaires de l’agence spatiale chinoise. La sonde Chang’e 5 doit se poser d’ici quatre jours sur la Lune.

Il était 21 h 30 (heure française) ce 23 novembre 2020, quand une fusée Longue Marche 5 a décollé de la base de Wenchang en emportant dans sa coiffe la sonde Chang’e 5. Le lanceur le plus puissant en service de l’agence spatiale chinoise a effectué une ascension sans accroc. Au bout de 3 minutes, ses quatre propulseurs d’appoint se sont séparés comme prévu. La coiffe a été éjectée au bout de 6 minutes de vol, permettant à une caméra placée sur la sonde de filmer la suite du voyage. Le premier étage a poursuivi la propulsion jusqu’à un peu plus de 8 minutes après le décollage, relayé ensuite par le second étage. La satellisation autour de la Terre a eu lieu au terme d’une phase propulsée de 12 minutes et 20 secondes.

Image de la sonde Chang'e 5 transmise en direct au moment de sa satellisation provisoire autour de la Terre (visible à gauche). Le Soleil, au centre, est éblouissant.

Chang'e 5 sur la bonne trajectoire

L’étage supérieur s’est ensuite rallumé 28 minutes après le décollage. Objectif : donner au vaisseau de 8 tonnes l’impulsion nécessaire pour qu’il quitte l’attraction terrestre. Après une propulsion de presque 7 minutes, les deux moteurs du dernier étage se sont arrêtés. Enfin, 36 minutes et 25 secondes après le décollage, le dernier étage de la fusée, devenu inutile, s’est séparé de la sonde qui poursuit maintenant sa course vers la Lune. Après 55 minutes de croisière, les panneaux solaires du module de service se sont ouverts correctement.

Image diffusée en direct de la sonde Chang'e 5 en train de se propulser vers la Lune, avec en arrière-plan, la Terre.
Image diffusée en direct de la sonde Chang'e 5 en train de se propulser vers la Lune, avec en arrière-plan, la Terre.

La mission a pour objectif d'atterrir près des monts Rümker (face visible de la Lune), de collecter 2 kg de roches, de décoller et de les expédier vers la Terre. Si ces manœuvres, très complexes, se déroulent bien, la capsule contenant ces échantillons devrait atterrir en Mongolie Intérieure le 15 décembre 2020.

 

Pour vous accompagner dans cette période de confinement mais aussi pour vous aider à gâter vos proches, nous offrons 6 mois d'abonnement numérique pour tout premier abonnement papier souscrit avec le code NOEL20.

Noel

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.