La planète habitable de Gliese 581 a vécu

Pas d'exoplanète habitable de 3 masses terrestres autour de l’étoile Gliese 581. Crédit ESO/C&E Photos

Gliese 581g, l'exoplanète aux conditions propices à la vie située à "seulement" 20 années-lumière de la Terre n'existe pas. Moins de deux semaines après l'annonce très médiatisée de sa découverte par une équipe américaine, la réalité de ce monde à peine trois fois plus massif que notre planète est contredite par de nouvelles données.

L'astrophysicien italo-suisse Francesco Pepe l'a annoncé le 10 octobre 2010, à Turin, lors d'une conférence de l'Union astronomique internationale consacrée aux planètes extrasolaires.

Une exoplanète démentie par d'autres observations

L'étoile Gliese 581, autour de laquelle était censée se trouver la planète tellurique, avait également été étudiée par une équipe européenne à l'aide du télescope de 3,6 m de diamètre de La Silla (Chili), équipé du spectrographe de précision Harps.

Xavier Bonfils, du Laboratoire d'astrophysique de Grenoble, précise : « Avec Harps, malgré des données de meilleure qualité que celles qu'a utilisées l'équipe américaine, nous ne voyons pas les planètes Gliese 581f et g ».

À l'annonce de la découverte de ces deux planètes — Gliese 581g ayant bénéficié d'un important retentissement médiatique compte-tenu de sa distance à son étoile, autorisant en principe l'existence d'eau liquide en surface —, l'astronome avait avoué son scepticisme quant à la méthode utilisée par les Américains.

Gliese 581, une étoile à planètes

La naine rouge Gliese 581 possèdait déjà quatre exoplanètes, de 16, 5, 7 et 2 masses terrestres. C'est pour cela qu'elle est l'une des cibles favorites de l'équipe qui utilise l'instrument Harps (à laquelle appartient aussi Francesco Pepe).

« Depuis 2008, nous avons accumulé 60 mesures de vitesses radiales [NDLR : les astronomes mesurent des variations de vitesse de l'étoile pour détecter les exoplanètes] sur cette étoile, à comparer aux 120 acquises sur les quatre années précédentes », indique Xavier Bonfils.

Deux des quatre planètes de Gliese 581 gravitent en bordure interne et externe de la zone habitable, où la température n'est ni trop faible ni trop élevée pour permettre l'existence d'eau à l'état liquide. « Nous aurions bien aimé découvrir une planète dans cette région, explique Xavier Bonfils, mais pour le moment il n'y en a pas. » L'équipe poursuit ses observations.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • L’astéroïde Dimorphos a été déformé par l’impact de la sonde Dart

    En 2022, la mission Dart entrait en collision avec l’astéroïde Dimorphos. Télescopes spatiaux et terrestres ont alors scruté les conséquences de l’impact sous toutes les coutures. Et les premières analyses viennent de tomber : Dimorphos est un agrégat de roche peu résistant. Une bonne nouvelle pour la défense planétaire.

  • Des étoiles mystérieuses se forment en bordure des galaxies

    De jeunes étoiles situées en périphérie des galaxies ont été découvertes en grand nombre grâce à l’observatoire spatial Galex. Leur présence étonne les astronomes, et ce, d’autant plus qu’ils n’étaient pas parvenus jusqu’ici à observer les nébuleuses dans lesquelles elles se sont formées.

  • Grand entretien avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud : Les découvertes de demain se feront-elles en Chine ?

    Longtemps ignorée de l’Europe, l’apport technique de la Chine, nourrie de multiples innovations, pointe l’efficacité de ses méthodes et de son approche originale. En partant de l’astronomie, Jean-Marc Bonnet-Bidaud s’est intéressé à la science chinoise ancienne et à la pensée qui a présidé à son émergence.