La nuit où ils ont photographié le trou noir

L’antenne du Large Millimeter Telescope de nuit.
Pour obtenir le premier portrait d’un trou noir, neuf observatoires répartis sur la planète ont scruté en même temps le centre de la Voie lactée et de la galaxie M87. Début avril 2017, nous avons vécu l’aventure dans l’un d’entre eux, le Large Millimeter Telescope, au Mexique.
Cela fait vingt bonnes minutes que le 4x4 blanc de l’INAOE (Institut national d’astrophysique, d’optique et d’électronique) escalade la piste défoncée qui mène au Large Millimeter Telescope (LMT). Après plusieurs épingles à cheveux négociées au ralenti, David Sanchez s’arrête sur un replat dans un nuage de poussière. « Quand je monte observer, je fais toujours une pause ici, histoire de m’accoutumer à l’altitude », explique l’astronome mexicain. Il en profite pour redonner les consignes de sécurité : une fois au sommet, marcher lentement, aller à son rythme et surtout signaler immédiatement le moindre mal de tête ou vertige. Auquel cas, en présence de ces symptômes du mal des montagnes, il faudrait redescendre en urgence. Déjà, quelques pas sur ce bout...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.