La « nation spatiale » d'Asgardia couronne son roi

L'intronisation du chef de l'état d'Asgardia a lieu ce 25 juin à Vienne. Fondée en 2016 par le scientifique et entrepreneur russo-azerbaïdjanais Igor Ashurbeyli, ce « royaume spatial » autoproclamé compte déjà plus de 200 000 membres à travers le monde. Enquête.
« Nous, peuple d'Asgardia, ferons tout notre possible pour assurer la prospérité de la nation spatiale que nous avons créée ; pour sauvegarder notre terre natale – la planète Terre ; et pour assurer le développement de toute l'humanité dans l'espace. Nous ne sommes pas les meilleurs, nous sommes l'avenir. Une humanité – une unité. » Nul doute que ces mots très solennels résonneront ce 25 juin 2018 à Vienne sous les ors du palais de la Hofburg. Pour la « première fois dans l'histoire de l'humanité » — comme le souligne avec emphase le carton d'invitation adressé à des personnalités du monde entier —, un « royaume spatial » éclora aux yeux de tous. Asgardia intronisera son chef.

Domaine des dieux Asgardia ? C'est la
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.