La « nation spatiale » d'Asgardia couronne son roi

L'intronisation du chef de l'état d'Asgardia a lieu ce 25 juin à Vienne. Fondée en 2016 par le scientifique et entrepreneur russo-azerbaïdjanais Igor Ashurbeyli, ce « royaume spatial » autoproclamé compte déjà plus de 200 000 membres à travers le monde. Enquête.
« Nous, peuple d'Asgardia, ferons tout notre possible pour assurer la prospérité de la nation spatiale que nous avons créée ; pour sauvegarder notre terre natale – la planète Terre ; et pour assurer le développement de toute l'humanité dans l'espace. Nous ne sommes pas les meilleurs, nous sommes l'avenir. Une humanité – une unité. » Nul doute que ces mots très solennels résonneront ce 25 juin 2018 à Vienne sous les ors du palais de la Hofburg. Pour la « première fois dans l'histoire de l'humanité » — comme le souligne avec emphase le carton d'invitation adressé à des personnalités du monde entier —, un « royaume spatial » éclora aux yeux de tous. Asgardia intronisera son chef.

Domaine des dieux Asgardia ? C'est la
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?