La machine à prédire les éclipses d’Anticythère est-elle authentique ?

Fragment du mécanisme d'Anticythère. © Myriam Détruy
Oui ou non, les Grecs de l’Antiquité avaient-ils conçu un mécanisme capable de prévoir les éclipses et le mouvement des planètes ? La question se pose depuis la découverte, voici plus d’un siècle, de fragments d’engrenages dans une épave près de l’île d’Anticythère. Si les archéologues sont confiants quant à l’origine du mécanisme, un auteur remet en cause son authenticité dans deux ouvrages publiés fin 2017. Nous avons rouvert l’enquête.
Découvert par des pêcheurs grecs La découverte du mécanisme d’Anticythère remonte au tout début du XXe siècle. En 1900, des pêcheurs d’éponge sont poussés par une tempête vers les côtes de l’île grecque d’Anticythère. Ils en profitent pour explorer les fonds avoisinants et découvrent les vestiges d’une épave antique. L’année suivante, ils reviennent pour un chantier de fouille officiel encadré par des archéologues. C’est alors qu’un objet énigmatique fait d’engrenages finement ciselés est remonté à la surface. Dès les années 1950, grâce aux travaux du physicien Derek Price, il apparaît clairement que ce mécanisme d’Anticythère a un lien avec l’astronomie. Il sera ensuite étudié pendant des décennies et patiemment reconstitué par plusieurs...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Un nouveau scénario pour la naissance de Jupiter

    Sans les 320 masses terrestres de Jupiter, le Système solaire n'aurait pas le même visage. Et pourtant, les astrophysiciens ne comprennent pas vraiment comment la planète géante s'est formée. Un nouveau scénario entend lever le mystère.

  • On sait enfin ce qui a dessiné une grande comète sur le sol lunaire

    Observée depuis longtemps, étudiée depuis l’orbite par astronautes et satellites, l’étrange formation blanche Reiner Gamma vient enfin de révéler son origine.

  • Soyouz MS 10 échoue à rejoindre l’ISS

    Les astronautes Alexeï Ovchinin et Nick Hague, partis ce 11 octobre 2018 de Baïkonour à bord du Soyouz MS10 ont dû revenir sur Terre prématurément, seulement quelques minutes après leur lancement à cause d’une défaillance de leur fusée.