La Chine se pose en douceur sur la face cachée de la Lune

DR
La sonde chinoise Chang’e 4 a atterri sans encombre sur la face cachée de la Lune ce 3 janvier 2019. Une performance spatiale que ni les Américains ni les Russes n’avaient tentée dans les années 1960 et 1970.

Il était 3 h 26 en France, ce 3 janvier 2019, quand la sonde chinoise Chang’e 4 a planté ses pattes métalliques sur le sol poudreux de la Lune, vraisemblablement dans le grand cratère Von Karman, situé sur la face cachée. Et le suspense aura été total jusqu’au dernier moment. Car, pour cette première spatiale, la Chine n’a proposé aucune retransmission en direct. Ce n’est qu’une fois que l’engin s’est posé sans encombre que plusieurs médias d’État chinois ont annoncé la nouvelle.

Une photo de la surface à décrypter

Une photo a été diffusée, montrant le paysage autour de l’engin, sans aucune précision. Nous ne pouvons donc que tenter de l'interpréter en tenant compte du fait que l'engin s'est bien posé à l'endroit voulu, par 177,6° de longitude est et 45,5° de latitude sud.

L’ombre de la rampe de descente du rover embarqué sur le module de descente, au premier plan, confirme que la photo a été prise après l’atterrissage. On peut aussi voir, à quelques mètres, un petit cratère érodé (peut-être quelques dizaines de mètres de diamètre) et, au loin, ce qui semble être une plaine assez plate, peut-être le fond du cratère Von Karman, qui était la cible annoncée de la mission.

Les montagnes visibles à l’horizon pourraient bien être le rempart intérieur du cratère. Cette visibilité assez dégagée suggère que la sonde s’est posée sur une hauteur. En effet, le paysage fait penser à celui photographié par les astronautes d’Apollo 16 depuis les flancs d’une montagne appelée Stone Mountain.

L’éclairage du Soleil n’est pas très rasant, ce qui indique que la sonde chinoise n’a pas atterri près du terminateur (la limite jour-nuit).

Une autre image montre l’un des pieds de Chang’e 4 incrusté dans le régolite lunaire, preuve de l’atterrissage impeccable.

L'un des pieds de la sonde chinoise Chang'e 4, après son atterrissage réussi sur la face cachée de la Lune. Crédit : DR.

Chang'e 4 avait décollé le 7 décembre 2018. Sa mission consiste notamment à libérer un rover qui doit arpenter les environs du site d'atterrissage.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La jeune Jupiter a-t-elle été percutée par une grosse planète ?

    Un corps dix fois plus massif que la Terre serait entré en collision avec la géante du Système solaire quand elle était encore en train de se former. L’immense impact permettrait d’expliquer l’étrange structure interne de la planète, mesurée par la sonde Juno.

  • Les robots débarquent dans la station spatiale internationale

    Le prochain vaisseau Soyouz à décoller pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) ne comptera aucun astronaute à bord, seulement le robot humanoïde russe Fedor. Plus tard cette année, il devrait être rejoint par Robonaut 2, de conception américaine, qui retrouvera l’espace après plusieurs mois au sol pour réparations.

  • Anneaux de Saturne : leur jeunesse supposée est-elle déjà caduque ?

    A-t-on conclu trop vite au jeune âge des anneaux de Saturne ? Depuis 2017, le lot de mesures livré par la sonde Cassini dans ses derniers instants donne du grain à moudre aux astronomes. Mûrement réfléchi, le modèle le plus robuste pourrait finalement être celui d’anneaux anciens. Enquête.