La balade des astronautes d’Apollo 12

Le site exploré par Apollo 12 vu en haute résolution par LRO. Crédit : NASA/GSFC/ASU

En 2011, par deux fois, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter a été placée sur une orbite très basse autour de la Lune : 25 km au lieu de 50 km d'altitude. Au cours de ces manœuvres, les responsables de la mission en ont profité pour photographier quelques uns des sites d'atterrissage des missions Apollo. Objectif : obtenir des images d'une résolution sans précédent de 25 cm par pixel.

Après les photos d'Apollo 15, rendues publiques le 5 mars, la Nasa a dévoilé un panorama extraordinaire du site d'Apollo 12. L'étage de descente du module lunaire (LM) Intrepid, qui s'était posé en novembre 1969 est bien sûr visible. De même, la sonde Surveyor 3, arrivée deux ans plus tôt, est toujours là. Et les traces des astronautes Conrad et Bean, déjà discernables sur une photo précédente, apparaissent évidentes.

Mais les détails du cliché sont étonnants. On devine par exemple l'un des pieds de la sonde Surveyor 3. Les formes de l'engin sont discernables aux contours de l'ombre qu'il projette sur le sol. De même, les « sac à dos » ou PLSS des astronautes, abandonnés sur la Lune, sont visibles au bas de l'échelle du module lunaire.

Le drapeau américain, planté par les deux astronautes (et dont le montant supérieur tenait mal), est toujours là : son ombre portée permet de l'identifier.

Quant au minuscule cratère très noir, entouré de rayons sombres, situé en haut à droite, à mi-chemin entre le module lunaire et l'indicateur d'échelle (également très sombre sur cette autre image de LRO), il s'agit vraisemblablement de l'impact créé en 1967 par l'étage qui a freiné la majeure partie de la descente de Surveyor 3.

Philippe Henarejos, le 7 mars 2012

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La comète NEOWISE dans le ciel de Paris

    La comète NEOWISE brille tant qu’elle est parfaitement visible en pleine ville. Le 7 juillet, David Bertho l’a photographiée avec la Tour Eiffel et d’étranges nuages situés à la frontière de l’espace : les noctiluques.

  • Théâtre d’ombres dans la nébuleuse du Serpent

    En un peu plus d’un an, l’aspect d’une nébuleuse observée dans la constellation du Serpent par le télescope spatial Hubble a changé. En cause : des ombres projetées par un disque de poussière, qui aurait évolué dans ce court laps de temps.

  • La Station spatiale passe devant le Soleil et réserve une belle surprise

    L’astronome amateur Thierry Legault a réussi l’exploit le 25 juin 2020 de photographier le bras robot de la Station spatiale internationale lors de son passage devant le Soleil.