L’observatoire millimétrique du plateau de Bure en 3D

Les antennes millimétriques du plateau de Bure. Crédit : Philippe Henarejos/Ciel et Espace Photos

Six antennes paraboliques de 15m de diamètre observent en permanence l'Univers depuis le plateau de Bure, dans les Hautes Alpes. Construites par l'Iram (Institut de radioastronomie millimétrique), elles forment ce que les astronomes appellent un interféromètre capable d'explorer en détail la naissance des étoiles au cœur des nébuleuses ou encore l'évolution des galaxies primordiales aux confins de l'Univers.

Ce haut-lieu de l'astronomie, perché à 2550 m d'altitude dans le massif alpin du Dévoluy, se prête particulièrement aux prises de vues stéréo qui permettent ensuite de créer des vues en relief.

En complément du reportage complet publié dans Ciel et Espace de novembre 2010, voici donc toutes les images que nous n'avons pas pu imprimer dans la revue. Elles sont en 3D et nécessitent, pour être appréciées, des lunettes rouge et bleu, comme celles qui sont fournies avec le numéro de novembre de Ciel & Espace, “L’Univers en 3D”.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Pour monter à l'observatoire, il n'y a actuellement que deux moyens : en hélicoptère ou à pied. Après une grimpette assez raide mais courte (40 minutes) dans les éboulis, on arrive sur le plateau et on bénéficie d'une vue d'ensemble de l'observatoire. Fin septembre, cinq des six antennes étaient regroupées ; un avantage pour la photo !

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Les antennes mesurent 15m de diamètre. Elles observent l'Univers dans le domaine des longueurs d'onde millimétriques et peuvent fonctionner de jour comme de nuit, contrairement aux observatoires optiques.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Le plateau de Bure est cerné par des falaises impressionnantes, comme ici, vers le sud.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Les antennes peuvent changer de position. Pour cela, elles circulent sur des rails. Deux lignes forment ainsi une croix. Ici, c'est le bout de la ligne est-ouest, qui mesure 760 m de long.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Vers le nord-est, sur fond de pics alpins, le dernier pilonne du téléphérique. Après l'accident tragique de 1999, celui-ci ne sert plus qu'à acheminer du matériel à l'observatoire. En 2011, un nouveau téléphérique devrait le remplacer, à la fois pour le fret et pour le personnel de l'observatoire.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Belle perspective dans une flaque d'eau, sur la ligne est-ouest.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Quand elles pointent un objet très haut dans le ciel, les antennes ressemblent à des pions géants posés sur un énorme échiquier...

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Une vue vers le sud, depuis la ligne nord-sud.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Ce n'est ni un réfrigérateur, ni un serveur Internet. Cette machine, c'est le corrélateur, où arrivent les fibres optiques qui acheminent les rayonnements captés par chaque antenne. La machine sert à créer les franges d‘interférences, d'où sont extraites les données scientifiques.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Les rayonnements millimétriques venus de l'Univers arrivent sur chaque parabole et sont renvoyés vers un miroir secondaire (au premier plan), soutenu par quatre branches. Ils sont ensuite focalisés vers un foyer (le trou au centre de la parabole) où se trouvent les détecteurs.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Depuis le foyer de l'une des antennes, on a une belle vue sur le miroir secondaire (1,5 m de diamètre) et sur les autres antennes.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Pour les entretenir et les réparer, les antennes sont acheminées par les rails dans un hangar. Elles entrent alors en pointant le zénith par la porte en forme de croix. Ce bâtiment peut accueillir trois antennes en même temps.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

L'antenne numéro 6 est dans le hangar (on la voit ici de dessous). Par la trappe ouverte, les techniciens peuvent accéder dans la structure de la parabole pour changer les panneaux d'aluminium qui en constituent la surface.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Jouxtant le hangar, se trouve la salle de contrôle de l'interféromètre. Ici, Erick Bondoux, l'un des opérateurs, pilote les antennes.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Le jour se lève sur le plateau de Bure, ce qui donne aux antennes des reflets dorés. Au premier plan, les plots de l'une des positions où peuvent être fixées les antennes.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

La ligne est-ouest. Au premier plan, une station pour l'une des antennes. Au loin, le pic de Bure (2709 m) qui termine l'extrémité est du plateau.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Pendant les observations diurnes, les antennes doivent pointer des sources qui sont assez éloignées du Soleil.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Les trainées de condensation laissées par les avions ne gênent évidemment pas les observations !

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Une vue d'ensemble de l'observatoire.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

L'interféromètre vu depuis le chemin d'accès à la gare de téléphérique.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Deux antennes particulièrement en relief.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

L'antenne numéro cinq, hors service, en position de repos. Au premier plan, une table et des bancs dont le personnel peut profiter à la belle saison.

Plateau de Bure. Crédit : Ph. Henarejos/Ciel et Espace Photos

Un essai de panorama 3D. Pour le réaliser, il a fallu assembler quatre photos prises à main levée (sans pied). Hasardeux, mais ça a marché !

Découvrez également nos autres sujets 3D :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Espace et gastronomie : la bonne recette pour nourrir les astronautes

    L’alimentation spatiale est passée du tube d'aliments aux plats de fête concoctés par des chefs étoilés. Primordiale pour la santé physique et psychologique des équipages, la nourriture devra à l'avenir être en partie produite à bord par les astronautes partis pour de longues missions. Après la cuisine de l'espace, la cuisine dans l'espace ?

  • Eclipse partielle de Lune le 16 juillet !

    Lorsque la Pleine Lune émerge de l’horizon est, ce 16 juillet 2019, elle ne reste pas longtemps ronde pour les observateurs de la France métropolitaine. Rapidement, elle entre dans l’ombre de la Terre pour une belle éclipse partielle observable pendant toute la première partie de nuit !

  • Pourquoi les fusées attirent la foudre quand elles décollent

    À presque 50 ans d’écart, deux fusées ont été frappées par la foudre au décollage. Cette mésaventure, survenue le 27 mai 2019 à une Soyouz russe, s’est terminée sans conséquence. Tout comme Apollo 12, le 14 novembre 1969. Pourtant, cela n’est pas sans danger.