L'image de la semaine

Au cœur d’Orion, une pouponnière d’étoiles. Sans aucun doute, les images du télescope spatial James Webb sont spectaculaires. Et attendues avec beaucoup d’impatience par tous ceux qui aiment les photographies les plus saisissantes de l’Univers.

Sans aucun doute, les images du télescope spatial James Webb sont spectaculaires. Et attendues avec beaucoup d’impatience par tous ceux qui aiment les photographies les plus saisissantes de l’Univers.

Mais cette image est différente… Elle est plus intime, plus secrète. Pour la comprendre, il faut tout d’abord savoir qu’elle se situe au cœur de la nébuleuse d’Orion, le nuage de gaz et de poussières visible à l’œil nu dans le ciel d’hiver comme une légère tache floue, dans la constellation du fameux chasseur de la mythologie. Messier 42, pour les astronomes amateurs. A 1350 années-lumière de notre planète, donc astronomiquement proche, cette grande nébuleuse est une zone active dans laquelle naissent des étoiles et des systèmes planétaires. Mais l’accès à cette maternité céleste, cette pouponnière d’astres, est pour le moins difficile.

En effet, de grandes quantités de poussières et d’épaisses volutes gazeuses font murs et voiles à la lumière des nouveaux nés. Et pour percer ce mur opaque à l’œil humain, la vision infrarouge du télescope James Webb est comme la potion magique ; elle réalise l’exploit de nous faire pénétrer au cœur de la nébuleuse. Pour nous montrer une fabrique d’étoiles en action. L’énergie des étoiles qui sculpte son environnement stellaire. Des soleils et des planètes en train d’apparaître, de se former, d’émerger au cosmos. Des globules qui roulent. Des filaments denses de matière qui se tordent, se déforment, ondulent comme des vagues poussées par la pression de radiation des lumières vives et naissantes. Certains astres disparaîtront rapidement, d’autres vivront des milliards d’années et perpétueront le cycle de la complexité cosmiques.

Jamais image fixe n’a autant bougé. Une esthétique et un mouvement : les peintres impressionnistes auraient adoré.

Alain Cirou

Offrez-vous d'autres images d"Orion en cliquant sur GalleryAstro et découvrez notre collection complète de photos astronomiques et spatiales, ainsi que leurs auteurs.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.