L’Europe sélectionne sa prochaine mission spatiale vers une comète

Comet Interceptor ira au devant d'une comète ou d'un objet interstellaire. © ESA
Comet Interceptor : tel est le nom de la mission que l’Agence spatiale européenne (ESA) vient de sélectionner dans le cadre de son nouveau programme « Fast ». Lancement prévu en 2028.

Le comité de programmation scientifique de l’ESA a tranché le 19 juin 2019 parmi 23 propositions : c’est une mission cométaire, composée d’un trio de sondes, qui s’envolera en 2028, avec Ariel. Comet Interceptor inaugure le programme « Fast », qui se caractérise par un développement rapide (huit ans maximum), pour des engins de moins d’une tonne à moins de 150 millions d’euros (hors lancement). 

Comet Interceptor étudiera sous toutes les coutures une comète « fraîche », en provenance directe du Nuage d’Oort, voire de l’espace interstellaire comme récemment Oumuamua. Sa cible sera choisie après son lancement. Disposant de leur propre système de propulsion, ses trois sondes attendront au point de Lagrange L2 du système Soleil-Terre, guettant une proie à intercepter.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le chantier du Thirty Meter Telescope à nouveau bloqué à Hawaï

    Plusieurs centaines de manifestants empêchent le début de la construction du télescope de 30 m américain, dont les travaux devaient se poursuivre à partir du 15 juillet 2019.

  • L’Inde reprogramme le lancement de sa sonde lunaire Chandrayaan-2

    Un incident technique l’ayant clouée au sol le 14 juillet 2019, la mission lunaire Chandrayaan-2 devrait finalement décoller lundi 22 juillet. Son rover doit permettre à l’Inde de devenir la quatrième nation à s’être posée sur la Lune.

  • SpaceX expose les raisons de l’explosion de sa capsule Dragon

    Le 20 avril 2019, la capsule Dragon de SpaceX explosait lors de tests au sol. Depuis, aucune information n’avait filtré sur les causes de cet échec. L’annonce a eu lieu le 15 juillet que la fuite d’un composant aurait provoqué une réaction en chaîne à l’origine du désastre. De quoi remettre en cause l’envoi d’astronautes sur l’ISS, prévu pour la mi-septembre…