L’espace est dur, deux entreprises privées viennent d’en faire l’expérience

Crédit : DR
Les fusées d’Astra Space et de Firefly Aerospace ont, coup sur coup, échoué atteindre l’espace. Et ce, de manière spectaculaire.

Lancer une fusée, même modeste, dans l’espace reste difficile. Deux sociétés privées qui développent de petits lanceurs ont pu se le rappeler récemment. D’abord, le 28 août 2021, la startup californienne Astra Space a procédé au tir de sa fusée Launch Vehicle 0006 depuis sa base de Kuliak, en Alaska. Cela a donné lieu à une scène évoquant étrangement les débuts de l’ère spatiale, à la fin des années 1950, quand les fusées de la Nasa peinaient à quitter leur aire de lancement.

Ce microlanceur de 13 m de haut emportait dans sa coiffe une masse inerte de test du département de la défense américaine. Dès sa mise à feu, il s’est mis à dériver vers le côté au lieu de s’élever lentement vers le ciel. Sur la vidéo du lancement, tout en oscillant dangereusement, l’engin a hésité pendant quelques secondes avant, finalement, de progresser vers le haut et de prendre son envol.

La fusée d'Astra, quelques secondes après sa mise à feu,
a dérivé dangereusement sur la droite de son aire de lancement.

Ce décollage aléatoire indiquait que quelque chose ne fonctionnait pas au mieux à bord. Pourtant, ensuite, pendant 2 minutes 30 secondes, on aurait pu croire que tout était rentré dans l’ordre : la fusée filait droit vers l’espace. Mais à une altitude d’un peu plus de 30 km, son moteur s’est finalement arrêté, sonnant l’échec de la tentative.

Sur cette image d'une caméra placée sur le flanc de la fusée et visant vers l'arrière, on aperçoit le noir de l’espace (et non la Terre). Elle indique que l'engin, moteur coupé, ne pointe plus vers l'orbite. Un élément est en train de se détacher près du moteur.

Deux fois auparavant, Astra Space avait échoué à atteindre l’espace avec son micro-lanceur. Ce n’est pas encore pour cette fois.

Explosion en vol pour Firefly Aerospace

Six jours plus tard, c’était au tour d’une autre entreprise privée, Frirefly Aerospace, basée au Texas, de s’essayer aux joies des lancements. Le 3 septembre 2021, son microlanceur a semblé trouver le chemin de l’espace sans hésiter depuis la base militaire californienne de Vandenberg (voir la vidéo). Mais au bout de 2 minutes d’ascension, il s’est mis à dévier de sa trajectoire jusqu’à réaliser un spectaculaire « tête à queue » avant d’exploser.

Explosion de la fusée Firefly Alpha, après deux minutes de vol. Crédit : DR.

Les deux sociétés ont publié un communiqué de presse de même teneur, indiquant que ces essais leur avaient procurés de grandes quantités de données très utiles pour progresser.

 

Disponible actuellement en kiosque ou sur notre boutique web

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La science ukrainienne entre en résistance

    Avant le début de la guerre, l’Ukraine comptait 80 000 scientifiques, dont des centaines d’astronomes. Certains sont contraints à l’exil, d’autres condamnés à rester sur place. Mais pour tous, le maître-mot est « résister ». Et pour ça, ils peuvent compter sur l’aide de collègues étrangers.

  • Découverte : on a retrouvé le cratère d’origine de la plus ancienne météorite martienne !

    Un fabuleux travail d'enquête a permis de retrouver l'origine sur Mars de la météorite Black Beauty, parmi les 94 millions de cratères que comptent la surface de la planète rouge.

  • La Corée du Sud vise la Lune

    Où se situe l’eau sur la Lune ? Quel est le terrain le plus propice pour atterrir ? La nouvelle mission lunaire qui doit être lancée jeudi 4 août par la Corée du Sud tâchera de répondre à ces questions, et à bien d’autres encore, en prévision de futures missions d'exploration.