L’énigme de Cérès filmée

Sous l'oeil de Dawn, les spots clairs forment une structure complexe dont l'origine reste inconnue. Crédit : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA.

La sonde spatiale Dawn vient de dévoiler de nombreux détails de l'énigmatique point brillant découvert dans un cratère de Cérès.

Un mystère


Pour le moment, personne ne sait expliquer comment s'est formée cette zone brillante située à l'intérieur d'un des cratères de la planète naine Cérès.


Lors de la phase d'approche de la sonde de la Nasa en mars dernier, cette zone se dessinait comme deux points brillants de tailles comparables.

Une fois satellisée, la caméra du vaisseau a été capable de produire des clichés avec une résolution de 1,3 km.


Comme le montre cette animation, réalisée avec une série d'images prises le 4 mai, la zone est bien plus complexe.

Il y a non pas deux zones brillantes, mais 7, de tailles et de formes totalement disparates.


Peut-être de la glace...


"Les scientifiques de la mission Dawn peuvent maintenant conclure que l'intensité lumineuse de ces spots est due à la réflexion du Soleil sur un matériau très réfléchissant, peut-être de la glace", a expliqué Christopher Russel, le directeur de la mission.


S'il s'agit de glace d'eau, il faut une source pour la renouveler car, soumise au Soleil et au vide spatial, elle se volatiliserait rapidement.


Dès lors se pose la question de savoir s'il existe un lien entre cette structure et la présence de vapeur d'eau autour du corps. Celle-ci a été détectée par le télescope spatial européen Herschel.


En liant ces deux observations, il est tentant d'extrapoler la présence de geysers dans ce cratère. Une observation directe du dégazage serait nécessaire pour valider cette hypothèse. La suite de la mission permettra d'en savoir plus.


Fin de la première phase


À l'issue d'un cycle de 15 jours, la mission Dawn a achevé un premier objectif : réaliser des cartographies à environ 14 000 km d'altitude.

Le 9 mai, son moteur ionique a été rallumé pour amorcer une lente descente vers la planète naine. La phase suivante débutera le 6 juin avec une nouvelle orbite à environ 4 400 km d'altitude.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.