L’astéroïde Gault s’est transformé en comète

CFHT
En visant l’astéroïde 6478 Gault, les astronomes ont découvert avec un télescope d’Hawaï qu’il s’est transformé en comète, probablement à la suite d’un impact.

Les astronomes K. W. Smith, de la Queens’s University à Belfast, et L. Denneau, de l’université d’Hawaï, rapportent la découverte d’une activité cométaire sur l’astéroïde 6478 Gault.
Leur première détection remonte au 8 décembre 2018, dans le cadre du programme Atlas* consacré à la détection d’astéroïdes potentiellement dangereux pour la Terre.

La collision est récente

Des observations menées début janvier 2019 ont permis de déterminer que l’éjection de matière datait du mois de novembre 2018. L’explication la plus probable est celle d’un impact survenu à la surface de l’objet. Coïncidence : cet astéroïde d’environ 3,7 km a été nommé à la mémoire du planétologue Donald Gault (1923-1999), spécialiste dans le mécanisme de formation des cratères d’impact.

Il est très rare de voir une activité cométaire associée à un astéroïde. Cependant, il existe plusieurs précédents observés par le télescope spatial Hubble : P/2010 A2, P/2013 P5 et P/2013 R3 .

Un habitué des collisions

6478 Gault a été découvert dans la Ceinture principale d’astéroïdes le 12 mai 1988 par le célèbre couple Carolyn et Eugene Schoemaker à l’observatoire du mont Palomar, en Californie. Il fait partie de la famille d’astéroïdes de Phocée, issus d’une collision il y a 2,2 milliards d’années. Le groupe tire son nom du plus gros fragment de cette famille : 25 Phocée, large de 75 km.

L'astéroïde 6478 Gault observé par Damian Peach. Cette animation montre le déplacement de l'objet sur 1 heure, le 9 janvier 2019. 

6478 Gault est observable depuis la France

Actuellement situé dans la constellation de l’Hydre, 6478 Gault est observable depuis la France avec des télescopes d’amateurs. Avec une magnitude de 17,5, il n’est accessible qu’en imagerie. La queue de l’astre mesure actuellement 4 minutes d’arc environ, soit un peu plus du dixième de la taille apparente de la Lune.

 

* Le système ATLAS est composé de 2 télescopes de 50 cm équipés de caméras de 110 millions de pixels. Ils sont séparés d’environ 160 km, l’un est au sommet du volcan Mauna Kea et l’autre au sommet du Haleakala.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.