Jupiter vibre comme un tambour

Les oscillations de Jupiter, exagérées d'un facteur 10 000 000. Crédit : Patrick Gaulme et al.

Une équipe de chercheurs français est parvenue à détecter les micropulsations de l'atmosphère de Jupiter. Traquées depuis plus de trente ans, ces vibrations lentes - d'une vitesse de 10 cm/s à 1 m/s - vont permettre de sonder la structure interne de la planète géante, de la même manière que les ondes sismiques permettent d'étudier l'intérieur de la Terre.

Comprendre la formation du Système solaire

Il s'agit d'une avancée significative. Jupiter, qui rassemble quelque 70 % de la masse du Système solaire (hors Soleil), est en effet l'une des clefs pour comprendre la formation du Système solaire. Grâce à ces vibrations, les astrophysiciens pourront bientôt répondre à certaines questions essentielles. Par exemple : la planète possède-t-elle un noyau rocheux ?

Un instrument plus performant à l'étude

L'instrument qui a permis la détection, baptisé Sympa, a été utilisé en 2005 à l'observatoire du Teide, aux Canaries. Mais ce n'est qu'après une longue analyse que les pulsations joviennes ont pu être extraites des données. Un instrument plus performant est à l'étude. Il pourrait voler d'ici dix ans sur une prochaine mission européenne d'exploration du système de Jupiter.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.