Jumelles Omegon 2,1x42 : des « yeux de hibou » au banc d’essai

Les jumelles Omegon 2,1x42
Un type nouveau de jumelles surnommé « yeux de hibou » — grand diamètre, faible grossissement — fait sensation pour observer la Voie lactée. Nous avons testé le récent modèle de la marque Omegon et l’avons comparé aux jumelles Kasai et Vixen, testées en mars 2017. Avec des résultats surprenants, au regard des écarts de prix …
Qui n’a jamais rêvé d’avoir la nuit des yeux de hibou ? C’est la promesse de jumelles d’un genre nouveau, se contentant d’un grossissement de l’ordre de 2x. Il est si faible qu’il donne la sensation d’observer à l’œil nu, mais avec une quantité de lumière multipliée par 4 ! Ce type de jumelles ne s’adresse pas à l’observateur débutant. Il est préférable de faire ses premières explorations célestes avec de jumelles 10x50. Les “yeux de hibou” sont complémentaires de ces jumelles plus classiques, et deviennent particulièrement intéressants lorsque l’on a l’occasion d’aller observer sous un ciel sombre avec une Voie lactée bien visible.

Nous avons eu l’occasion d’utiliser les jumelles Omegon 2,1x42 au Chili, sous l’un des ciels les plus
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.