Jeff Bezos vole au secours du programme lunaire américain

Crédit : Blue Origin
Le milliardaire américain a dévoilé le 9 mai le module lunaire conçu par sa société Blue Origin. L’engin imposant pourrait permettre à la Nasa d’atteindre le but affiché récemment par le vice-président Mike Pence : déposer des astronautes sur la Lune avant la fin de 2024.

Le 26 mars 2019, le vice-président des États-Unis Mike Pence avait indiqué l’objectif de la Nasa : faire marcher des astronautes sur la Lune avant la fin de 2024. Mais depuis cette annonce aux accents « kennediens », l’agence spatiale américaine cherchait toujours comment réussir ce pari ambitieux. Notamment, selon Jim Bridenstine, son administrateur, elle aurait dû faire une proposition de budget dès le 15 avril. Or, le 8 mai, lors d’une audition du sous-comité à l’exploration spatiale, des officiels avaient laissé entendre qu’il faudrait encore patienter jusqu’aux alentours du 20 mai 2019…

Le patron de la société Blue Origin, Jeff Bezos (aussi propriétaire d’Amazon et du Washington Post), a probablement apporté une aide substantielle à la Nasa le lendemain, le 9 mai, en dévoilant, lors d’une présentation publique, la maquette grandeur nature de son atterrisseur lunaire appelé Blue Moon. Seul sur scène, Jeff Bezos a fait tomber le rideau sur un engin aux dimensions impressionnantes qui, selon lui, sera capable de transporter, selon les versions, de 3,6 à 6,5 tonnes à la surface de la Lune.

Le fruit de trois ans de conception

Même s’il a donné peu de précisions sur le Blue Moon, Jeff Bezos a indiqué que Blue Origin avait travaillé à sa conception depuis trois ans, laissant entendre que l’engin d’une quinzaine de tonnes, carburant compris, n’est pas qu’une maquette vide. Fidèle à la philosophie qu’il a initié pour Blue Origin, Jeff Bezos se pose en transporteur. Son module lunaire est doté d’un pont supérieur d’une grande simplicité qui doit lui permettre d’acheminer à la surface différents types de cargaisons : un lot de quatre rovers (la maquette de l’un d’eux était sur scène avec lui), mais aussi, bien entendu, une cabine pressurisée avec un équipage.

Un module lunaire bien plus puissant que celui d’Apollo

Si on le compare au module lunaire (LM) du programme Apollo, le Blue Moon, qui fonctionne à l'oxygène et hydrogène liquides, est bien plus puissant. En effet, le seul étage de descente affiche la même masse que l’ensemble du module conçu dans les années 1960 par la société Grumman. La maquette mesure au moins 5 m de haut (contre 7 m pour l’ensemble du LM d’Apollo). Ce nouvel atterrisseur est imaginé pour entrer dans la future fusée New Glenn, en cours de développement chez Blue Origin, elle aussi présentée comme un véhicule de transport à disposition des agences gouvernementales ou privées et dont le premier lancement pourrait intervenir dès 2021.

Une potentielle bouée de sauvetage pour la Nasa

Reste à savoir quel est de degré d’avancement dans la conception du Blue Moon atteint par les équipes de Jeff Bezos. Notamment, l’engin est-il déjà en cours de production ? Ou sur le point de l’être ? Si c’est le cas, il représenterait une réelle bouée de sauvetage pour la Nasa, déjà en difficulté dans la mise au point de sa fusée géant SLS (Space Launch System) et qui n’avait pas de plan pour un vaisseau destiné à se poser sur la Lune.

Une course entre les sociétés privées

Après Lockheed-Martin qui, dès le lendemain du discours de Pence, a proposé un module lunaire utilisant le relais d’une station Deep Space Gateway réduite à son strict minimum, Blue Origin est la deuxième société à se positionner auprès de l’administration américaine pour atteindre la surface lunaire avant 2024. Avec sa présentation à la Elon Musk (seul sur scène, avec baisser de rideau et lumières bleues) Jeff Bezos a grillé la politesse à son concurrent Space X. Ce dernier, pourrait réagir avec sa fusée Big Falcon Rocket, dont la Lune est l'une des destinations affichées. Mais son développement est-il suffisamment avancé pour pouvoir l'aligner au départ d'une course aux allures de sprint avec une échéance si proche ? À suivre…

Vue d'artiste du module lunaire proposé par Lockheed-Martin. © Lockheed-Martin.

 

En kiosque le 15 mai, le Ciel & espace n°565 est déjà disponible sur notre boutique.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.