Jean-Alix Barrat : « L’eau terrestre a résisté à l’impact qui a formé la Lune »

Crédit : J.-A. Barrat / SWRI
Jean-Alix Barrat a longtemps pensé que l’eau terrestre nous venait de comètes et astéroïdes tombés après l’impact géant qui a donné naissance à la Lune. Mais ce n’est plus le cas. « Il faut regarder les données en face », explique le coauteur de l’étude publié ce 28 mars dans Science Advances.
Il en est certain, « tout le monde ne sera pas d’accord avec nos conclusions et il va y avoir des remous ». Pourtant, Jean-Alix Barrat a l’assurance tranquille de ceux qui pensent que les données ne sauraient mentir. Avec le Britannique Richard Greenwood et six autres chercheurs, le professeur de l’université de Bretagne occidentale signe ce mois-ci dans Science Advances un article étonnant — détonnant, même. En résumé : l’essentiel de l’eau terrestre proviendrait d’une époque antérieure à la grande collision qui a donné naissance à la Lune — cet impact géant qui a eu lieu environ 50 millions d’années après la formation de la Terre et dont les protagonistes étaient notre planète et Théia, un corps de la taille de Mars. Quelles sont les conséquences...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • LM d’Apollo 10, photo du trou noir, voyages vers Mars… : retrouvez tous nos articles 100 % web

    Un astronome aurait retrouvé le LM d’Apollo 10 ! Comment photographie-t-on un trou noir ? Une expérience donne de l’espoir pour la vie sur Mars… Passionnés d’exploration spatiale, curieux d’astronomie, vous trouverez à coup sûr matière à apprendre dans les nombreux articles et podcasts publiés sur notre site. En voici la liste. Cliquez, et découvrez !

  • Trou noir : les secrets d’une image

    La première photo d’un trou noir, révélée le 10 avril 2019, restera certainement dans les annales de l’astronomie. Un exploit collectif réalisé par 200 astrophysiciens dispersés sur toute la planète, et dont voici les coulisses.

  • Aidez les astronomes à savoir quand se couche réellement le Soleil

    Étonnant : les heures de lever et de coucher du Soleil ne sont pas prédites à mieux que quelques minutes. La responsable de cette imprécision : notre atmosphère. Les chercheurs se tournent vers les sciences participatives pour résoudre ce problème épineux, car il a un impact la navigation en mer, mais aussi sur les observations astronomiques.