Jean-Alix Barrat : « L’eau terrestre a résisté à l’impact qui a formé la Lune »

Crédit : J.-A. Barrat / SWRI
Jean-Alix Barrat a longtemps pensé que l’eau terrestre nous venait de comètes et astéroïdes tombés après l’impact géant qui a donné naissance à la Lune. Mais ce n’est plus le cas. « Il faut regarder les données en face », explique le coauteur de l’étude publié ce 28 mars dans Science Advances.
Il en est certain, « tout le monde ne sera pas d’accord avec nos conclusions et il va y avoir des remous ». Pourtant, Jean-Alix Barrat a l’assurance tranquille de ceux qui pensent que les données ne sauraient mentir. Avec le Britannique Richard Greenwood et six autres chercheurs, le professeur de l’université de Bretagne occidentale signe ce mois-ci dans Science Advances un article étonnant — détonnant, même. En résumé : l’essentiel de l’eau terrestre proviendrait d’une époque antérieure à la grande collision qui a donné naissance à la Lune — cet impact géant qui a eu lieu environ 50 millions d’années après la formation de la Terre et dont les protagonistes étaient notre planète et Théia, un corps de la taille de Mars. Quelles sont les conséquences...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.