Interview de François Spiero, du Cnes : « La première motivation d’un retour sur la Lune est politique »

François Spiero, du Cnes. © P. Henarejos/C&E
Pour François Spiero, responsable des orientations stratégiques du Cnes, une nouvelle course à la Lune est en train de commencer. Au-delà des annonces faites par la Maison Blanche, les principales agences spatiales réfléchissent à la manière d’envoyer durablement des astronautes dans l’environnement lunaire. Entretien.
Ciel & espace : L’administration américaine, par la voix du vice-président Mike Pence, a déclaré vouloir envoyer des hommes et des femmes sur la Lune avant la fin de 2024. Est-ce réaliste selon vous ?

François Spiero : Je ne peux que donner des éléments de réponse. Le premier nous ramène au début des années 1960, quand le président Kennedy a dit que les États-Unis enverraient un homme sur la Lune avant la fin de la décennie. Très peu de gens y croyaient et ça s’est réalisé. Si Mike Pence le dit aujourd’hui, beaucoup de gens sont sceptiques, mais les États-Unis ont montré à de nombreuses reprises que s’ils veulent mettre le paquet, ils le font et, souvent, ils y arrivent.

Mais, bémol important, il faut mettre le paquet. Sur le plan financier, bien entendu,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.