Il faut sauver le Léviathan, télescope historique irlandais

Le Léviathan, télescope de 1,83 m construit en 1845, est visible à Birr, en Irlande. © P. Henarejos/C&E
En 1845, le télescope Léviathan construit au centre de l’Irlande était le plus grand du monde. Détrôné seulement au début du XXe siècle par le 2,5 m du mont Wilson, en Californie, il nécessite aujourd’hui des travaux de rénovation.
On dirait un énorme tonneau. Un fût disproportionné et exagérément long, avec ses douelles en bois cerclées de métal, incliné entre deux hautes murailles en pierre taillée. Dans le vaste parc de 55 hectares du château de Birr, au centre de l’Irlande, à un peu moins de deux heures de route de Dublin, c’est à cela que ressemble ce qui fut le plus grand télescope du monde.

Le plus grand télescope du monde jusqu’en 1917 Avec son miroir en bronze de 1,83 m de diamètre, ce télescope de Newton construit par William Parsons, troisième comte de Rosse, est devenu en 1845 l’instrument le plus en pointe de l’astronomie. Grâce à lui, Parsons a revisité les objets des catalogues de Messier et de Herschel (le fameux New General Catalog, ou NGC) et a découvert la structure...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?