Hayabusa a bien rapporté des morceaux d’astéroïde

La sonde japonaise Hayabusa a bien réussi à récolter des échantillons de l’astéroïde Itokawa. Crédit: Jaxa

Les échantillons collectés par la sonde japonaise Hayabusa proviennent bel et bien de l’astéroïde Itokawa, qu’elle a effleuré en 2005.



1500 grains dans la capsule

Peu après le retour sur Terre d’Hayabusa, le 13 juin 2010, les responsables de la mission avaient découvert avec bonheur que la capsule de la sonde contenait environ 1500 grains de taille micrométrique.

Mais le doute planait, car ces échantillons pouvaient aussi provenir… de la Terre, par contamination lors du décollage ou de l’atterrissage.

L’origine terrestre écartée

L’agence spatiale japonaise (Jaxa) a analysé les échantillons au microscope électronique et vient de rendre son verdict. Les caractéristiques chimiques de ces échantillons écartent toute origine terrestre. La récolte vient bien de l’astéroïde Itokawa.

Par ailleurs, aucune roche magmatique n’a été découverte. Or, ce type de roche est fréquent sur Terre, notamment sur les sites de décollage et d’atterrissage d’Hayabusa (respectivement au Japon et en Australie).

Enfin, les minéraux identifiés dans les échantillons correspondent à ceux observés à distance par la sonde japonaise.

Échantillons pris dans le gel de la sonde Hayabusa.

Ci-dessus : les grains minuscules pris dans le gel de la sonde ont été examinés au microscope électronique.
Ils ont bien été collectés lorsque Hayabusa a frôlé l'astéroïde Itokawa. Crédit: Jaxa.


Exploit spatial pour les Japonais

“Nos collègues japonais ont réussi une prouesse technique (pourtant avec un budget minimaliste)
, commente Patrick Michel, de l’observatoire de la Côte d’Azur. Ils sont les premiers à avoir posé un engin sur un astéroïde, à en récolter un échantillon et à le rapporter sur Terre !”

Prochaine mission vers un astéroïde primitif

Itokawa est un astéroïde de type S, principalement fait de silicates. Il n’est donc pas primitif. Or, “il est fondamental de récolter des échantillons d’un objet primitif [riche en carbone et potentiellement en matériau organique], poursuit le chercheur. C’est ce type d’astres qui nous renseignera sur la composition initiale de la nébuleuse où sont nées les planètes et sur la contribution possible des astéroïdes à la présence de la vie et de l’eau sur Terre.”

“Les Américains, comme les Japonais (Hayabusa 2), ont une exploration vers un astéroïde primitif en projet. Nous travaillons actuellement sur la proposition d’une telle mission à l’Agence spatiale européenne”, indique l’astronome français.

Ci-dessous, un résumé de la mission Hayabusa en vidéo :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.