Hayabusa 2 réussit une manœuvre déterminante près de l’astéroïde Ryugu

Hayabusa 2 vient juste de déposer son marqueur (visible comme un point brillant au centre de l'image) sur la surface de Ryugu. Crédit : Jaxa
Pour espérer arracher à nouveau quelques grammes de roches à l’astéroïde Ryugu, la sonde japonaise devait déposer à sa surface et de manière précise, un marqueur métallique.

Le 30 mai, à 0 h 19 (heure française), la sonde Hayabusa 2 a réussi à déposer un marquer métallique de 10 cm de diamètre à la surface de Ryugu, tout près de l’endroit où elle avait creusé un cratère artificiel grâce à un projectile. Pour cela, l’engin s’est approché à moins de 10 m de la surface rocheuse et irrégulière de l’astéroïde. « Opération pleinement réussie ! s’enthousiasme Patrick Michel, astrophysicien à l’Observatoire de Côte d’Azur, associé à la mission. Les Japonais ne cessent de m’impressionner pour leur persévérance et les succès qui s’enchaînent. C’est extraordinaire. » Le chercheur donne quelques précisions sur la manière dont les choses se sont déroulées : « La sonde a bien été guidée vers la zone prévue environ 10 m au-dessus du cratère produit par le SCI, et le marqueur a été déployé à une altitude de 9 m. Des données précieuses ont été obtenues sur les performances de la sonde à basse altitude et des images à très haute résolution ont été prises autour du site potentiel de récolte. La sonde est retournée à sa position parking à 20 km sans problème. Le marqueur s’est posé près de la zone avec une précision plus grande que lors de la première récolte. »

Cette photo, prise par la sonde quelques instants après sa maneouvre,depuis une altitude de moins de 40 m,
montre le marqueur et le cratère artificiel, séparés d'une dizaine de mètres. Crédit : Jaxa.

Cette manœuvre était cruciale dans la perspective de tenter de collecter à nouveau des échantillons de roche, cette fois dans le cratère fraîchement créé. En effet, le marqueur métallique déposé en surface doit permettre à la sonde de se guider précisément pour aller prospecter au bon endroit. Toutefois, selon Patrick Michel, la décision n’a pas encore été prise.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte : Deux cataclysmes stellaires ont ensemencé le futur Soleil et ses planètes

    Comment sont apparus l’or, le platine, l’uranium et autres éléments chimiques si précieux sur notre planète ? Deux études récentes précisent leur origine. Deux types d’épisodes violents survenant en fin de vie des étoiles sont notamment le creuset de ces éléments lourds : les novae et la fusion d’étoiles à neutrons.

  • C’est la saison des nuages étranges !

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer.

  • Enquête : Investir dans la météorite est-il un bon filon ?

    Encore récent, le marché de la météorite se développe rapidement. Acheter un caillou venu de l’espace peut être financièrement intéressant à condition de savoir bien le choisir, d’y mettre les moyens, d’être patient. Et de pousser la porte d’un tout petit monde aux règles bien établies.