HAWC : 50 millions de litres d’eau pour cartographier l’Univers

Ces 300 cuves au pied du pic d'Orizaba doivent repérer les phénomènes les plus énergétiques de l’Univers. © P. Henarejos/C&E
Entre deux volcans mexicains, à 4100 m d’altitude, l’observatoire HAWC explore le ciel dans le domaine des rayons gamma et des rayons cosmiques. Une expérience unique, à l’aide de 300 gigantesques cuves remplies d’eau.
À se promener dans les allées de HAWC (High Altitude Water Cherenkov), nul ne jurerait se trouver dans un observatoire astronomique, mais plutôt au milieu d’une étrange cité de silos.

Hormis le vent qui, à chaque rafale, soulève des tourbillons de fine poussière, rien ne bouge entre les 300 énormes cylindres de tôle ondulée alignés en rangées régulières sur plus de 2 hectares. L’étrange installation nichée au pied du pic d’Orizaba, à 200 km à l’est de Mexico, est pourtant chargée de repérer les événements les plus violents de l’Univers.

Ces 300 cuves au pied du pic d'Orizaba doivent repérer les phénomènes les plus énergétiques de l’Univers. © P. Henarejos/C&E Chacune de ces cuves est en réalité une cuve haute de plus de 5 m et large...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.