Franck Selsis : « Les planètes gorgées d’eau ne sont pas rares »

L’astronome français Franck Selsis, devant une illustration de l’étoile naine Trappist-1. © B. Pavone et ESO
Les sept planètes terrestres qui tournent autour de la naine rouge Trappist-1 contiennent beaucoup plus d’eau que la Terre. C’est ce qu’indiquent de nouvelles estimations de leur densité. Un résultat aux implications importantes, estime l’astrophysicien Franck Selsis.
L’eau n’est peut-être pas si rare sur les petites exoplanètes. En tout cas, notre planète bleue n’aurait rien d’exceptionnel de ce point de vue, et figurerait même plutôt parmi les planètes sèches ! Les nouvelles estimations de densité des sept planètes de l’étoile Trappist-1 — inférieures à celle de la Terre, exceptée pour Trappist-1 e — indiquent en effet qu’elles possèdent toutes de l’eau en abondance. Pour Ciel & Espace, Franck Selsis, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des atmosphères planétaires, décrypte ce résultat. 

Vous cosignez, avec une vingtaine d’astrophysiciens, un article de Simon Grimm de l’université de Berne intitulé « La nature des exoplanètes de Trappist-1 ». Quel est son résultat principal ?

Franck Selsis :
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.