Fin d’une énigme stellaire de 200 ans

Vue d‘artiste de l’étoile double Epsilon du Cocher. © Nasa/JPL-Caltech
L’étoile Epsilon du Cocher a livré l’un de ses derniers secrets. Au cours de l’une des étranges éclipses qu’elle subit tous les 27 ans, des astronomes américains sont parvenus à identifier un phénomène physique qui confirme leur dernière théorie : il s’agit en fait de deux étoiles qui ont échangé leur matière.
En astronomie, les énigmes sont parfois tenaces. Celle qui entourait l’étoile Epsilon du Cocher durait depuis 1821. Presque deux siècles. Après des décennies d’observations, mais aussi de fausses pistes théoriques, toute la lumière est enfin faite sur l’origine des éclipses qui entraîne, tous les 27 ans (tous les 9887 jours exactement), une baisse d’éclat significative de cette étoile aisément visible à l’œil nu, aussi appelée Almaaz.

Certes, depuis 2011, l’affaire était pratiquement entendue, justement à l’occasion de l’une de ces éclipses qui durent 18 mois environ. En 2009, en effet, les astronomes attendaient de pied ferme l’un de ces phénomènes avec de nombreux télescopes et satellites. Un interféromètre a même été mobilisé pour tenter de...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.