Fin d’une énigme stellaire de 200 ans

Vue d‘artiste de l’étoile double Epsilon du Cocher. © Nasa/JPL-Caltech
L’étoile Epsilon du Cocher a livré l’un de ses derniers secrets. Au cours de l’une des étranges éclipses qu’elle subit tous les 27 ans, des astronomes américains sont parvenus à identifier un phénomène physique qui confirme leur dernière théorie : il s’agit en fait de deux étoiles qui ont échangé leur matière.
En astronomie, les énigmes sont parfois tenaces. Celle qui entourait l’étoile Epsilon du Cocher durait depuis 1821. Presque deux siècles. Après des décennies d’observations, mais aussi de fausses pistes théoriques, toute la lumière est enfin faite sur l’origine des éclipses qui entraîne, tous les 27 ans (tous les 9887 jours exactement), une baisse d’éclat significative de cette étoile aisément visible à l’œil nu, aussi appelée Almaaz.

Certes, depuis 2011, l’affaire était pratiquement entendue, justement à l’occasion de l’une de ces éclipses qui durent 18 mois environ. En 2009, en effet, les astronomes attendaient de pied ferme l’un de ces phénomènes avec de nombreux télescopes et satellites. Un interféromètre a même été mobilisé pour tenter de...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.