Euclid livre ses premières images

Une première vue du ciel, dans l'infrarouge, par Euclid. Crédit : ESA/Euclid/Euclid Consortium/NASA
L’Agence spatiale européenne diffuse ce 31 juillet 2023 les toutes premières images de son satellite de cosmologie Euclid. Moins d’un mois après son lancement, l’engin est arrivé à destination.

Ce ne sont encore que des images de tests, mais elles montrent que les deux instruments d’Euclid fonctionnent ! Trente jours après son lancement, le dernier-né des satellites d’astrophysique de l’Agence spatiale européenne (ESA) a atteint son orbite finale à 1,5 million de kilomètres de la Terre et a pu faire ses premiers clichés.

Réalisés dans le visible comme dans l’infrarouge proche, ils laissent espérer d’excellentes performances pour son ambitieuse mission : produire la carte 3D de l’Univers la plus grande et la plus précise jamais créée, et mesurer la forme, la position et la distance des galaxies jusqu’à 10 milliards d’années-lumière.

Un demi-milliard de pixels pour déchiffrer l’univers

Les premières images de VIS, une caméra opérant entre 550 et 900 nm de longueur d’onde dans le visible, montrent une parcelle de l’immense territoire que sera chargé de cartographier Euclid pendant ses six années de mission (un tiers du ciel au total).

La première image brute de l'instrument VIS d'Euclid, après 566 secondes de pose (à droite, un zoom). © ESA/Euclid/Euclid Consortium/NASA

Grâce au 576 millions de pixels que cumulent ses 36 détecteurs CCD, l’instrument pourra mesurer la forme de plusieurs milliards de galaxies. Quelques-unes sont déjà visibles sur ces images brutes, où figurent encore beaucoup d’artefacts (notamment les traînées des rayons cosmiques traversant le détecteur).

L’Univers au grand angle

Comme le suggère l’image ci-dessous, NISP (Near-Infrared Spectrometer and Photometer) fonctionne aussi parfaitement. En seulement 100 secondes, soit cinq fois moins de temps que ce qui est prévu pour la phase scientifique, il révèle sans problème galaxies et amas d’étoiles.

Image brute prise avec l'instrument NISP d'Euclid. Un rayons cosmique est bien visible sur le zoom à droite. © ESA/Euclid/Euclid Consortium/NASA

Le spectromètre et photomètre en infrarouge proche d’Euclid (900-2000 nm) est doté d’un champ de vision de 0,55 degré carré. Le plus grand pour un instrument infrarouge dans l'espace. NISP est essentiel dans la mission puisqu’il sera non seulement chargé de produire l’image des galaxies lointaines, mais aussi de mesurer précisément leur distance. Et c’est une vision précise de l’Univers en 3D que les astronomes souhaitent obtenir grâce à Euclid.

Percer les mystères de la matière noire et de l’énergie sombre

Euclid est un télescope spatial de 1,2 m de diamètre entièrement dédié à l’étude de l’expansion de l’Univers et à ses ingrédients fondamentaux : la matière noire et l’énergie sombre. Pour tout savoir sur sa mission et son importance en cosmologie, lisez le dossier de 20 pages de notre numéro en kiosques, Ciel & Espace n°590, « Le jour où l’univers a basculé. »

 

Egalement disponible, le nouveau hors-série Débuter en astronomie, avec sa Carte du ciel et de la Lune

Hors série n°46 de Ciel & espace : Débuter en astronomie, et le magazine n°590. © C&E

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Podcast : Pourquoi les grands télescopes sont contestés à Hawaï

    Les astronomes devront-ils un jour quitter les hautes montagnes sur lesquelles ils se sont installés ? A Hawaï en tout cas, sur le sommet du volcan Mauna Kea, leurs télescopes ne sont plus vraiment les bienvenus... Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

  • Chine : un essai statique de fusée tourne au désastre

    Un accident d’un genre inédit est survenu en Chine, dans la province du Henan, quand le premier étage du lanceur commercial Tianlong 3 a décollé contre toute attente lors d’un essai de moteurs. Une explosion violente a secoué la ville voisine de Gongyi, sans faire de victimes, semble-t-il.

  • Podcast : Juillet 2024, visez la nébuleuse Oméga !

    La Voie lactée est splendide en ce moment, profitez-en pour viser la nébuleuse Oméga ! Le ballet des planètes, lui, produit un bel alignement Aldébaran-Jupiter-Lune le 3 juillet, un rapprochement entre Mars et Uranus le 15, un lever conjoint de Saturne et de la Lune dans la nuit du 24 au 25, et une belle configuration dans le Taureau le 30.