Espace et gastronomie : la bonne recette pour nourrir les astronautes

Thomas Pesquet s’offre un goûter en apesanteur. © ESA
L’alimentation spatiale est passée du tube d'aliments aux plats de fête concoctés par des chefs étoilés. Primordiale pour la santé physique et psychologique des équipages, la nourriture devra à l'avenir être en partie produite à bord par les astronautes partis pour de longues missions. Après la cuisine de l'espace, la cuisine dans l'espace ?
Bortsch en tube et morceaux de sucre contre conserves de langue Lucullus, de volaille au vin jaune et aux morilles et de pain d'épices. Voilà un troc que Youri Gagarine n’aurait probablement pas refusé. Cinquante-cinq ans séparent ces deux menus. En 1961, le cosmonaute soviétique a expérimenté le premier la nourriture spatiale pendant les 108 minutes de son vol orbital.  En 2016, l’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet a pu déguster à bord de l’ISS, lors de la mission Proxima qui a duré 6 mois, ces petits plats d’exception préparés à sa demande par le chef Thierry Marx. Dans les mois qui viennent, l’ISS devrait embaumer cette fois d’une enveloppante odeur de cookies puisqu’un prototype de four, de l’entreprise écossaise Hilton Instruments, doit y être envoyé,...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.