Embarquez à bord de l’ISS !

Image extraite du timelapse de Knate Myers, l'ISS au dessus de régions éclairées de nuit. crédit : Nasa


Vous aimez les time-lapses ? En voici un qui s'appuie sur les images de la station spatiale internationale (ISS), et qui devrait vous séduire !

Le photographe américain Knate Myers a mis en ligne une vidéo montée à partir des photos réalisées par les astronautes à bord de l'ISS.

Quatre minutes de voyage à travers l'espace


Depuis l'orbite, les passagers de la station internationale saisissent des images d'aurores polaires, ou encore de l'activité lumineuse de grandes villes en pleine nuit. Outre la surface terrestre, on distingue clairement les étoiles en arrière-plan.

À l'avant-plan, on voit de temps à autre les structures de l'ISS, ses panneaux solaires, ainsi qu'un ou deux vaisseaux russes Soyouz amarrés à l'ISS.

Certaines images ont été retouchées, mais l'ensemble est bien servi par la bande-son signée John Murphy et son Adagio. Pour rappel, la Nasa met à disposition sa banque de vidéos image par image. Avis aux amateurs qui voudraient s'exercer.

Time-lapse : vue de la station spatiale internationale, Knate Myers.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.