Dragon 2, capsule spatiale à usage unique

Récupération en mer de la capsule Dragon 2. © Space X
Initialement, la société privée américaine Space X devait réutiliser ses vaisseaux Dragon. Mais l’entreprise du milliardaire Elon Musk, qui a fait du recyclage sa marque de fabrique, abandonne l’idée. La capsule Dragon 2 qui a volé jusqu’à la station spatiale internationale début mars ne retournera plus dans l’espace.
Le 3 mars 2019, l’entreprise Space X réussissait à assurer une première liaison avec la station spatiale internationale (ISS) grâce à son vaisseau habitable Dragon 2. Cette nouvelle capsule, lancée sans équipage, est revenue sur Terre une semaine plus tard en effectuant un amerrissage dans le Pacifique. Space X a ainsi ouvert la voie au premier vol spatial habité entièrement effectué par une compagnie privée, qui doit avoir lieu au mois de juillet 2019.

Pas de récupération après un retour dans l’eau Mais la capsule ne rejoindra plus l’espace, contrairement aux projets de Space X. Elle a été très endommagée par l’eau salée. En particulier, ses moteurs, à cause de l’immersion, nécessitent d’une sérieuse remise en état avant de pouvoir éventuellement voler...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.