Des séjours en orbite dans une ancienne station russe ?

Vue d'artiste de la station Almaz. Crédit : Excalibur Almaz

La compagnie spatiale privée Excalibur Almaz (EA) espère offrir à des touristes fortunés des vols sur orbite d'une semaine dès 2013 à bord d'anciens vaisseaux russes top-secret.

Ce projet de tourisme spatial a vu le jour en 2009. Nouveau progrès : le 5 janvier 2011, Excalibur Almaz a récupéré deux modules de station spatiale partiellement construits en Russie dans les années 1970. Elle a acheminé ces reliques de la guerre froide à son port d'attache, sur l'île de Man, au Royaume-Uni.


Des stations avec vue panoramique sur la Terre


Excalibur Almaz a aussi acheté quatre vaisseaux spatiaux réutilisables. L'un d'eux a déjà volé deux fois et pourrait être utilisé avant les stations. Elle veut les remettre à neuf afin de mener des missions spatiales pour des particuliers, des sociétés, des institutions universitaires ou des gouvernements.


Quant aux deux stations spatiales Almaz, elles font approximativement 11m de long sur 4m de diamètre et possèdent les plus larges fenêtres jamais conçues pour un vaisseau : plus de 2 mètres de vue panoramique sur la Terre et les étoiles !

Station Almaz

Ci-dessus, l'une des stations Almaz lors de son débarquement sur l'île de Man,
en mer d'Irlande. Crédit : Excalibur Almaz.


Pour l'heure, Excalibur Almaz ne donne aucune précision sur la manière dont elle compte satelliser ces éléments d'une taille similaire aux anciennes stations Saliout. A priori, seuls les lanceurs Proton ou Ariane 5 auraient la puissance nécessaire.


Un ex-projet spatial militaire


Almaz ("diamant" en russe) était un programme spatial militaire de l'Union soviétique. Il comprenait une station orbitale habitable, des vaisseaux spatiaux réutilisables conçus pour accueillir trois personnes, une capsule de fret communiquant des informations à la Terre, et des installations au sol. Le tout a été testé avec succès, au sol et dans l'espace.


Une activité touristique pour privilégiés


Les premiers vols orbitaux devraient avoir lieu dans les capsules réutilisables. Les stations spatiales font partie d'un projet à plus long terme, indique Excalibur Almaz. Il ne sera économiquement rentable de les lancer et de maintenir sur orbite que quand la société aura assuré six vols ou plus par an.


Pour un voyage d'une semaine, comptez quand même 35 millions de dollars (27 M€) !


Des concurrents dans le tourisme spatial


Ce n'est pas la première compagnie privée qui se lance dans les vols spatiaux touristiques. Space X avait été la première société privée à réussir un lancement en 2008. En 2010, la même société a satellisé une capsule Dragon grâce à son lanceur Falcon 9.

Virgin Galactic avait fait un vol d'essai avec son véhicule spatial Spaceship 2 en mars 2010, et envisageait d'envoyer ses premiers touristes spatiaux dès la fin 2011.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.