Dernières images de Rosetta avant son contact avec la comète

Crédit : ESA/Rosetta/Navcam/Osiris.
Le 29 septembre, peu avant minuit, la sonde Rosetta a allumé ses propulseurs pour se diriger tout droit vers la comète Churyumov-Gerasimenko, sa destination finale. Au cours de sa descente, elle a pris ses dernières images.

La sonde Rosetta était à une altitude de 19 km quand elle a entamé sa descente vers la comète Churyumov-Gerasimenko, autour de laquelle elle tourne depuis plus de deux ans. Voici, un échantillon des photos qu’elle a pris pendant son approche finale.

La comète à 16 km

Il était 2 h 20 du matin, ce 30 septembre 2016, quand la caméra scientifique de Rosetta (Osiris) a pris un premier cliché particulièrement impressionnant de la comète (ci-dessus). La perspective donne l’impression d’une vue prise depuis le sol. En réalité, la sonde était encore à 16 km de la surface. L’image couvre un champ de 614 m de large et montre des détails de 30 cm.

Les images à suivre ci-dessous sont mises en ligne à mesure que la sonde les envoie, au cours de sa descente.

La comète à 8,9 km

A 8 h 53, la caméra Osiris a pris un nouveau cliché depuis une distance de 8,9 km. Cette fois, la zone couverte d'un bord à l'autre de l'image est de 350 m. Les détails les plus fins visibles n'excèdent pas 17 cm.

rLa surface de la comète Chury depuis 8,9 km. Crédit : ESA/Rosetta/Navcam/Osiris.

La comète à 5,8 km

La sonde Rosetta n’était plus qu’à 5,8 km de la surface cométaire quand elle a pris cette nouvelle image (ci-dessous), à 10 h 18 du matin. Le champ couvert est de 225 m et les plus petits détails sont de 11 cm par pixel. Il semble que cette photo montre une partie du champ qui était visible sur la précédente, datée de 8 h 53 (à 8,9 km de distance : sa partie centrale correspond au coin en bas à gauche de l’image précédente. On peut noter, qu’entre temps, la comète a tourné sur elle-même et que l’incidence de l’éclairage du Soleil a changé.

La comète à 5,8 km de distance. Crédit : ESA/Rosetta/Navcam/Osiris.

Les deux image précédentes se recouvrent en partie (ci-dessous).

L'image pris à 5,8 km (en biais, en bas) recouvre en partie la précédente.

La comète à 5,6 km

Une nouvelle image prise trois minutes plus tard (10 h 21) avec une résolution similaire a été prise depuis 5,6 km. Comme la précédente, elle recouvre en partie le champ déjà photographié.

Sur cette image, le site d'impact est visible dans le quart inférieur droit. Crédit : ESA/Rosetta/Navcam/Osiris.

Et l'image de 5,6 km, assemblée avec les deux précédentes...

Mosaique de 3 images de Rosetta.

La comète à 1,2 km

La caméra Osiris, dans son mode à haute résolution était encore assez loin, à 11 h 14, pour photographier avec netteté la surface de la comète. Cette image carrée qui couvre 33 m de côté révèle des détails de 2,3 cm par pixel.

L'une des dernières images de Rosetta...

 

La comète à 20 m

La sonde Rosetta n'avait plus que quelques poignées de secondes à vivre lorsqu'elle a pris cette photo du sol de la comète d'une altitude de 20 m (ci-dessous). La caméra Osiris était dans son mode grand angle. Malgré tout, en raison de la trop grande proximité de la surface, la mise au point n'était plus possible, ce qui explique que la photo soit floue. Malgré tout, on discerne les roches sur un champ de 2,4 m de large (la largeur de l'image). Et les détails les plus petits sont de l'ordre de 5 mm par pixel.

La surface de la comète à 20 m de la sonde Rosetta.

Le signal en provenance de Rosetta a cessé de parvenir sur Terre à 13 h 21, comme prévu, confirmant le fait que la sonde a touché la comète.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Au télescope, observez Valles Marineris sur la planète Mars !

    La planète Mars est maintenant au plus près de la Terre. Cette configuration exceptionnelle va durer pendant tout le mois d’octobre. Alors profitez-en pour l’observer au télescope. Même un instrument de diamètre relativement modeste permet de voir de beaux détails.

  • Des doutes sur la découverte de phosphine dans les nuages de Vénus

    De la phosphine a-t-elle vraiment été détectée sur Vénus ? Tandis que certains astrophysiciens débattent de son hypothétique origine biologique, d’autres — qui se sont penchés en détail sur les données — doutent carrément de sa présence. Le survol de Vénus par la sonde Bepi-Colombo, le 15 octobre 2020, peut-il trancher le débat ?

  • Retour sur la Lune en 2024 : la Nasa précise son calendrier

    La Nasa entend poser à nouveau des hommes sur la Lune, et pour la première fois une femme, à l’horizon 2024. L’agence américaine vient de dévoiler le rétroplanning de son ambitieux programme, nommé Artémis