Depuis 1995, une multitude de nouveaux mondes ont été découverts

Vue d’artiste de systèmes planétaires. © Nasa
Depuis la découverte de la première planète extrasolaire par Michel Mayor et Didier Queloz, plus de 4 000 nouveaux mondes sont venus peupler la voûte céleste. Certaines sont à coup sûr un enfer, d’autres au contraire pourraient abriter la vie... Récit des grandes étapes qui ont marqué l’épopée des exoplanètes.
L’ère des pionniers  En cet après-midi du 6 octobre 1995, un soleil radieux illumine les coupoles de l’observatoire de Haute-Provence (OHP). Une centaine d’astronomes venus du monde entier sont réunis à l’occasion d’un colloque sur les étoiles. Ambiance survoltée : la rumeur court que Michel Mayor, de l’observatoire de Genève [lire son interview], et son étudiant Didier Queloz vont faire une annonce tonitruante. À 15 h 30, rumeur confirmée : devant une salle comble, les deux Suisses révèlent qu’ils ont mis la main sur la toute première planète située en dehors du Système solaire. Celle-ci navigue à 51 années-lumière de la Terre, autour de l’étoile 51 de la constellation de Pégase. La nouvelle venue, baptisée 51 Peg b, ne ressemble à aucune de nos...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.