« Découverte historique » pour Curiosity : le vrai, le faux

Cinq tranchées réalisées par le robot américain Curiosity dans le sable de Mars. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Le rover martien a-t-il réalisé une découverte « qui entrera dans les livres d'Histoire » ?

Depuis la publication le 20 novembre 2012 des propos enthousiastes (en anglais) du responsable scientifique de Curiosity, John Grotzinger, le web s'enflamme.

"Stupéfiant"

Selon Grotzinger — qui cependant n'en dit pas plus —, l'analyse d'échantillons du sol martien par le laboratoire de chimie portatif de Curiosity (SAM) montrerait quelque chose de « stupéfiant ». Des molécules organiques qui prouveraient que la planète Mars a été habitable ? Des traces d'une vie passée ? Actuelle ?

Un "buzz" injustifié

« Rien de tout cela ! » martèle le Français Michel Cabane, coresponsable scientifique de l'instrument SAM. « Nous ne comprenons pas ce qu'il se passe. Nous n'avons absolument aucune nouvelle éclatante à annoncer ! »

Selon le chercheur du Latmos, SAM fonctionne très bien et fournit des signaux. Mais il n'y a « rien » pour le moment dans les données qui puisse justifier un tel engouement. Les premiers résultats de SAM devraient être annoncés lors du colloque de l'Union géophysique américaine, du 3 au 7 décembre 2012, à San Francisco.

Le buzz, en tout cas, souligne les espoirs que suscite le robot chimiste de la Nasa, premier explorateur martien depuis les sondes Viking en 1976 à avoir la capacité de détecter des molécules qui ont aussi un rôle central dans la chimie du vivant.

Curiosity poursuit sa route

Après plusieurs jours passés à collecter et analyser des échantillons de sable et de roches martiens (notamment avec SAM), Curiosity doit désormais se diriger vers l'est. Sa priorité est de choisir un rocher sur lequel il pourra tester son outil de forage.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La science ukrainienne entre en résistance

    Avant le début de la guerre, l’Ukraine comptait 80 000 scientifiques, dont des centaines d’astronomes. Certains sont contraints à l’exil, d’autres condamnés à rester sur place. Mais pour tous, le maître-mot est « résister ». Et pour ça, ils peuvent compter sur l’aide de collègues étrangers.

  • Découverte : on a retrouvé le cratère d’origine de la plus ancienne météorite martienne !

    Un fabuleux travail d'enquête a permis de retrouver l'origine sur Mars de la météorite Black Beauty, parmi les 94 millions de cratères que comptent la surface de la planète rouge.

  • La Corée du Sud vise la Lune

    Où se situe l’eau sur la Lune ? Quel est le terrain le plus propice pour atterrir ? La nouvelle mission lunaire qui doit être lancée jeudi 4 août par la Corée du Sud tâchera de répondre à ces questions, et à bien d’autres encore, en prévision de futures missions d'exploration.