Découverte du plus gros gisement de météorites en France

Pierre Antonin, Alain Gallien, Emmanuel Dransart et Brian Barret posent devant le plus gros fragment de la météorite de Saint Aubin.
À Saint-Aubin, dans l’Aube, un groupe de passionnés a mis au jour 123 points d'impact pour une masse totale de 7 tonnes. C’est la plus grosse chute de météorite jamais découverte en France.

Le 3 octobre 2018 a été exhumé un morceau de météorite de 477 kg. Cette trouvaille constitue le point d’orgue d’une campagne de prospection de plusieurs mois sur un site connu depuis longtemps. En effet, la première météorite y a été découverte en 1968. En 2002, Emmanuel Dransart, membre de la Commission météorite de la SAF, a étudié cette météorite et permis son authentification officielle en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). Il s’agit d’une octaédrite, c’est-à-dire une météorite principalement constituée de fer et de nickel. Cette famille de météorites métalliques est la plus commune.

Enfouies dans le sol

Plus récemment en 2015, le laboratoire CEREGE a montré que l’objet est tombé il y a 55 000 ans. Cet âge explique pourquoi les fragments sont passés inaperçus jusqu’ici : ils sont enfouis sous le sol entre 30 et 90 cm de profondeur.

Un autre membre de l’équipe, Pierre Antonin, a mis au point un outil de détection capable de révéler la présence de métal dans le sol en profondeur. C’est ainsi que depuis mars 2018, il a pu, avec son comparse Alain Gallien, scanner méthodiquement la zone qui est circonscrite dans une ellipse de 1,1 km de long. Cette prospection a été menée en accord avec les agriculteurs propriétaires des parcelles.

La masse totale estimée proche de 7 tonnes est bien supérieure au précédent record de la météorite de Mont-Dieu, dont le plus gros fragment fait 435 kg pour une masse totale de la chute de 1,1 tonne. Elle reste cependant bien en deçà du record mondial de Campo del Cielo, en Argentine, avec un total de plus de 100 tonnes !

Les découvreurs indiquent qu’ils feront don d’une part significative de leur découverte du MNHN pour enrichir sa collection de météorites parmi les plus importantes au monde.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.