Curiosity nous envoie un autoportrait à couper le souffle

Autoportrait du rover Curiosity réalisé le 11 octobre 2019. © NASA/JPL-Caltech/MSSS
Le nouveau selfie du rover martien de la Nasa, pris le 11 octobre 2019 au lieu-dit « Glen Etive », combine 57 images pour un total de 105 millions de pixels.
L'autoportrait réalisé par le rover martien Curiosity le 11 octobre 2019. © Nasa

Au 2553e jour martien (sol) de sa mission, les ingénieurs du JPL ont pris le temps de faire réaliser un autoportrait à leur robot Curiosity. Avec une exquise résolution, on peut y voir l’état actuel du rover, qui explore Mars depuis maintenant plus de 7 ans. Apparaissent à l'arrière-plan, les remparts du cratère Gale, le Vera Rubin Ridge – la bande sombre 300 m à l’arrière, où l’engin aura passé plus d’un an – et, sur la droite dans l’image complète, la pente du mont Sharp.

Les roues de Curiosity ont bien souffert sur les cailloux martiens. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS
La poussière accumulée est parfaitement visible. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS
Voyez-vous le reflet de la montagne dans la caméra ChemCam du rover ? © Nasa/JPL-Caltech/MSSS

Cet autoportrait au lieu-dit « Glen Etive » marque une nouvelle étape importante de l’exploration martienne de Curiosity. Depuis quelques mois en effet, le rover est dans une zone argileuse du cratère Gale. Or, les argiles se forment dans l’eau et les planétologues les suspectent d’être des roches idéales pour conserver la trace d’anciennes molécules organiques (à base de carbone, élément primordial pour le vivant).

Deux forages dans l'argile

Fin septembre 2019, les pilotes de Curiosity ont ainsi fait réaliser deux forages par le robot, avant de les analyser grâce à son laboratoire de chimie SAM. SAM est composé de 74 petits fours à usage unique qui chauffent la matière, dont neuf comportent des solvants qui permettent spécifiquement la recherche de molécules organiques. Depuis son arrivée sur Mars en 2012, c’est la deuxième fois seulement que Curiosity utilise un de ces précieux fours.

Les forages "Glen Etive 1" et "Glen Etive 2", dont la poudre a été analysée par l'instrument SAM de Curiosity. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS

L’analyse des données de SAM est particulièrement délicate. Les résultats sont attendus dans le courant de l’année 2020.

 

Disponible en kiosque ou sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°567, d’octobre-novembre 2019

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une fusion de galaxies sous l'oeil infrarouge du Webb

    Le James Webb Space Telescope a été utilisé pour observer la formation stellaire dans les galaxies lumineuses infrarouges. Dans II ZW 96, à 500 millions d'années-lumière de la Voie lactée, c'est la fusion de deux galaxies qui stimule les naissances.

  • Artemis 1 : le vaisseau Orion au plus loin de la Terre filme une éclipse

    La capsule Orion a accompli la moitié de sa mission Artemis 1. Ce faisant, le vaisseau de la Nasa a atteint son maximum de distance à la Terre, qu’il a vue disparaître un instant, éclipsée par la Lune.

  • Hubble dans les bras de NGC 7038

    L’équipe du télescope spatial Hubble diffuse une nouvelle image de la galaxie spirale NGC 7038, située à 200 millions d’années-lumière dans la constellation australe de l’Indien. Une vision hypnotisante !