Curiosity se posera dans le cratère Gale

Le cratère Gale, avec l'ellipse dans laquelle doit se poser le rover Curiosity. Crédit : Nasa

La cible du futur rover martien de la Nasa a été rendue publique ce 22 juillet 2011. Le cratère Gale, avec sa butte centrale toute en strates géologiques, haute de 5000 m, a été préféré aux cratères Holden, Eberswalde, et au site de Mawrth Vallis.

Deux ans de mission

Si le lancement a bien lieu en novembre prochain comme prévu, Curiosity entamera l'exploration de ce cratère de 154 km de diamètre dès août 2012. Sa mission, qui durera une année martienne (presque deux années terrestres), consiste à rechercher des indices de l'habitabilité de Mars dans le passé. Le rover de 800 kg, gros comme une petite voiture, doit utiliser pour cela une dizaine d'instruments scientifiques (dont certains sont réalisés en France)

Des paysages spectaculaires

Le choix de la Nasa a sans doute été difficile, car les quatre sites retenus par la communauté scientifique au terme d'un processus long et démocratique avaient tous des avantages (lire notre numéro de juillet 2009). Mawrth Vallis notamment, défendu par une équipe française, présente sans doute les plus anciennes traces d'eau liquide sur Mars.

Mais Gale, en plus de son potentiel scientifique, « possède des paysages spectaculaires » selon les mots de Jim Green, le directeur des sciences planétaires à la Nasa. Et pour atteindre les sites les plus intéressants, Curiosity devra gravir les pentes de sa montagne centrale.

Cette odyssée fort « scénique », promesse d'une communication réussie pour l'agence spatiale américaine, a pu peser dans la balance.

Ci-dessous, une animation de la façon dont Curiosity va se poser sur Mars.


Pour en savoir davantage sur la recherche de vie sur Mars, écoutez notre podcast "Mars, planète bleue", avec le planétologue Jean-Pierre Bibring sur le site cieletespaceradio.fr

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.